Les marges d'ALCATEL chahutées aux Etats-Unis
27 juillet, 2002 par
Les marges d'ALCATEL chahutées aux Etats-Unis
Les Echos Etudes


Dans notre étude de marché, nous constatons une nette dégradation de la profitabilité dans les grandes zones géographiques, surtout aux Etats-Unis. Seul pays à enregistrer une croissance de son résultat opérationnel, l’Allemagne constitue le débouché plus profitable et le plus rentable du groupe. Les faibles volumes ainsi que les pressions sur les prix ont conduit à une forte dégradation des taux de marge d’exploitation dans les principales zones géographiques. En 2001, la profitabilité des Etats-Unis est fortement négative à – 12,0 %, alors que celles de l’Asie et de l’Europe restent positives à respectivement 2,7 % et 0,5 %. L’Europe enregistre une chute de son résultat opérationnel, qui demeure cependant positif en 2001 à 70 MEUR (contre 1 408 en 2000). Le segment des fibres optiques a limité la baisse des marges, profitant d’un environnement de prix plus favorable dans cette zone. Les performances restent cependant contrastées, la France enregistrant un résultat d’exploitation négatif (à
– 239 MEUR), tandis que l’Allemagne observe une progression de 83,5 % de son résultat opérationnel, à 244 MEUR. Les taux de marge d’exploitation restent très faibles. Seuls les résultats de l’Allemagne contrastent fortement avec un taux de marge record de 11,7 % et un taux de rentabilité économique en progression de près de 7 points pour atteindre 13,7 %. Ces résultats confirment la tendance à l’amélioration des années antérieures. En dépit de la forte croissance de ses ventes, la zone Asie-Pacifique observe une baisse de 3,2 % de son résultat opérationnel en 2001, à 90 MEUR. Le gain de parts de marché a donc été réalisé au détriment des marges : le taux de marge opérationnelle perd 1,7 point et la rentabilité 2,3 points. Avec un résultat d’exploitation fortement négatif (– 594 MEUR), les Etats-Unis contribuent le plus aux pertes opérationnelles du groupe en 2001. Le taux de marge opérationnelle atteint de loin son plus bas niveau sur la période à – 12,0 %, contre 6,8 % en 2000. Les faibles volumes dans les activités de réseaux et les dépréciations de stocks ont particulièrement pesé sur les résultats de la zone. L’échec du développement de nouveaux produits, en partie du à l’arrêt des projets de R&D de Xylan (commutateur pour réseaux locaux) en raison de recoupements avec Newbridge, a également impacté la profitabilité du groupe sur le marché américain. Enfin, la zone reste du monde enregistre un recul de 54,4 % de son résultat opérationnel pour atteindre son plus bas niveau à 73 MEUR. Par conséquent, son taux de marge opérationnelle ne représente que 1,7 %, soit un recul de 1,6 point par rapport à 2000. Cette évolution confirme la tendance au recul enregistrée l’année antérieure : entre 1999 et 2001, la dégradation du taux de marge est de 5,1 points et celle de la rentabilité économique de 8,4 points. L’Europe demeure la principale zone contributrice au chiffre d’affaire du groupe : 50,5 % des ventes d’Alcatel sont réalisées dans cette région. Toutefois, l’équipementier français a concentré ses efforts sur la zone asiatique, seul bastion de croissance en 2001. Cette zone représente désormais 13,4 % du chiffre d’affaires consolidé. Néanmoins, cette part devrait se stabiliser en 2002, un ralentissement de la croissance étant attendu en Asie-Pacifique, notamment dans le domaine des réseaux fixes. En termes de profitabilité, c’est l’Allemagne et l’Asie qui réduisent les pertes opérationnelles du groupe. En revanche, les pertes cumulées des Etats-Unis et de la France atteignent 833 MEUR et ont fortement contribué à la chute de la profitabilité du groupe. 

Les marges d'ALCATEL chahutées aux Etats-Unis
Les Echos Etudes 27 juillet, 2002
Partager ce poste
Archiver