Deutsche Telekom contraint de revoir sa stratégie
26 juillet, 2001 par
Deutsche Telekom contraint de revoir sa stratégie
Les Echos Etudes


La progression de son niveau d’endettement contraint Deutsche Telekom à passer d’une stratégie offensive à une stratégie essentiellement défensive.
Sous l’effet conjoint de la politique offensive d’acquisitions menée par Deutsche Telekom et des achats de licences UMTS, notamment en Allemagne et en Grande-Bretagne pour un montant total de 15 milliards d’euros, l’endettement net du groupe a explosé comme le montre notre étude de marché. Durement sanctionnée par les marchés boursiers, cette progression de l’endettement de l’opérateur historique allemand l’a contraint à donner la priorité au désendettement, avec un objectif ambitieux visant à réduire l’endettement net à 50 milliards d’euros d’ici fin 2003, contre 67 milliards fin 2001. C’est dans cette optique que le groupe allemand a poursuivi ses cessions en 2001. Le groupe a ainsi bénéficié de 3,8 milliards d’euros de produits de cession, en se séparant d’une large partie de ses activités allemandes de réseaux câblés, ainsi que des parts qu’il détenait dans l’opérateur américain Sprint. Par ailleurs, Deutsche Telekom a entamé une politique de réduction des coûts et des investissements, afin de préserver le cash-flow opérationnel nécessaire au remboursement de sa dette. Ce programme passe notamment par la suppression de 22 000 emplois d’ici 2004, une réduction massive de l’effort d’investissement par un arrêt de la croissance externe (qui sera visible dans les comptes 2002), ainsi qu’une réduction de 40 % des dividendes servis en 2002.
Le revirement stratégique opéré par la branche T-Mobile reflète bien ce changement de priorité. En effet, alors que la stratégie de la branche mobile était jusqu’ici caractérisée par une priorité accordée à la croissance externe comme en témoignent les récentes acquisitions du groupe aux États-Unis et en Europe de l’Est, 2001 semble marquer un changement de cap. T-Mobile a ainsi mis en oeuvre une stratégie de partage des coûts liés au développement des réseaux UMTS, en créant notamment un joint-venture avec BT Wireless. Ce dernier a pour but de coordonner la construction du réseau UMTS en Allemagne et en Grande-Bretagne et d’économiser ainsi 30 % du coût total de l’opération. Dans ce contexte, les axes de développement du groupe allemand portent sur deux points :
• la mise en place de nouveaux services payants destinés à maximiser les revenus de sa base clientèle dans le haut débit (premier fournisseur d’accès haut débit en Europe avec 2,2 millions d’abonnés ADSL) ;
• le lancement de nouvelles offres dans le domaine de la téléphonie mobile, susceptibles d’augmenter la consommation de données (et notamment de SMS) des clients mobiles.

Deutsche Telekom contraint de revoir sa stratégie
Les Echos Etudes 26 juillet, 2001
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver