Assainir sa structure financière, une nouvelle priorité pour le Groupe Enel
26 juillet, 2001 par
Assainir sa structure financière, une nouvelle priorité pour le Groupe Enel
Les Echos Etudes


Les marges se sont dégradées pour la deuxième année consécutive, mais elles restent à des niveaux satisfaisants pour le secteur (30,8 % de taux de marge brute) comme le montre notre étude de marché. Elles reflètent l’intensification de la concurrence sur le marché de l’électricité et les difficultés des télécommunications. Les rentabilités sont également satisfaisantes, voire excellentes dans le cas de la rentabilité financière (18,7 %). Mais, cette performance a été atteinte uniquement grâce aux plus values de cession qui ont dopé le résultat net. Le redressement de la profitabilité de l’exploitation est donc souhaitable dans un contexte de forte progression des frais financiers. Le groupe ne bénéficiera pas toujours de plus values de cession. La structure financière s’est nettement dégradée au cours de l’exercice. Enel a été contraint de financer ses nombreuses acquisitions par l’endettement. Le taux d’endettement net atteint désormais 112,7 %. Les marges de manoeuvre financières du groupe sont très réduites. Un premier semestre 2002 difficile. Les performances du premier semestre 2002 sont très décevantes. Enel a enregistré un recul de 2,4 % de son chiffre d’affaires et le résultat opérationnel a chuté de 27,2 %. Les cessions dans l’électricité pèsent lourdement sur les performances du groupe. Mais cela de de bien gérer la nouvelle reconfiguration. Le principal chantier du groupe est de négocier son recentrage sur l’énergie. Il passe par le désengagement des télécommunications. La déprime actuelle du secteur et l’effondrement des bourses ne vont pas faciliter la tâche du groupe. Or, Enel a besoin de cash pour développer ses activités dans le gaz naturel et l’international tout en se désendettant.
L’entreprise peut toutefois compter sur les produits de cession de ses actifs électriques en Italie pour répondre à cette double problématique. Elle demeure néanmoins contrainte par des marges de manoeuvre financières faibles au moment où elle devrait accélérer son développement dans son coeur de métier. Enel est en train de payer ses erreurs stratégiques.

Assainir sa structure financière, une nouvelle priorité pour le Groupe Enel
Les Echos Etudes 26 juillet, 2001
Partager ce poste
Archiver