UN RÉSEAU DE TAXIS VOLANTS À PARIS DANS 5 ANS ?
31 mai, 2019 par
UN RÉSEAU DE TAXIS VOLANTS À PARIS DANS 5 ANS ?
MEZIANI Hélène


Airbus et RATP annoncent s’associer pour créer une offre de mobilité aérienne urbaine en Île-de-France

Lors du sommet Tech For Good, Airbus et RATP ont annoncé un accord pour développer une solution de véhicules volants pour le transport de personne. Le fabricant aéronautique et la compagnie de transports publics travaillaient déjà chacun de leur côté sur ce type de projet mais compte désormais unir leurs forces pour que cette offre soit disponible d’ici 2024. En 2018, RATP avait par exemple présenté lors de Vivatech un prototype de taxi volant fabriqué par une startup française, EVA, tandis qu’Airbus avait présenté lors de la Drone Week avec ses partenaires Audi et Italdesign le concept sur lequel ils travaillent. Lors de cette annonce, le président exécutif d’Airbus, Guillaume Faury a déclaré que « les vols autonomes ne font plus partie de la science-fiction et [qu’ils disposent] des briques techniques mais [qu’il] faut les harmoniser afin de les intégrer dans la vie quotidienne des usagers sans remettre en cause [leur] priorité, la sécurité ». De son côté, RATP a précisé que l’entreprise allait étudier comment proposer cette offre en environnement urbain et qu’elles misent sur des navettes de 4 à 6 places dans les 5 ans, à un tarif de 1 € ou 2 € le kilomètre.

Le réseau de taxis relierait une vingtaine ou une trentaine de points d’intérêt dans la région Île-de-France, comme les aéroports, les gares de Marne-La-Vallée-Chessy et Massy, La Défense ainsi que certains sites touristiques à l’instar de Versailles. Un service à la demande serait également proposé. Une fois la faisabilité validée, les deux groupes devront encore négocier avec la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), en charge de l’espace aérien, alors que le survol de Paris en dessous de 2 000 mètres est aujourd’hui interdit. Justement, le directeur de la DGAC avait évoqué l’éventualité des taxis volants à Paris en février lors d’un colloque organisé par l’ENAC-Alumni. Il avait alors exprimé son scepticisme quant à l’acceptabilité par les riverains de ce type d’appareils.

Pour aller plus loin, découvrez notre étude sur les nouveaux défis de la mobilité urbaine

UN RÉSEAU DE TAXIS VOLANTS À PARIS DANS 5 ANS ?
MEZIANI Hélène 31 mai, 2019
Partager ce poste
Archiver