UN BILAN EN DEMI-TEINTE POUR LES VENTES D’ARTICLES DE PUÉRICULTURE
23 avril, 2019 par
UN BILAN EN DEMI-TEINTE POUR LES VENTES D’ARTICLES DE PUÉRICULTURE
BERVILY Elodie


Baisse de la natalité et développement des achats d’occasion nuisent à la croissance du marché de la puériculture. Les distributeurs spécialisés arrivent néanmoins à profiter de la montée en gamme de l’offre. La grande distribution, elle, est à la peine.

Les ventes d’articles de puériculture ont reculé de 5,4 % en volume en 2018, selon les derniers chiffres publiées par l’institut GfK. En valeur, elles sont restées stables à 554 M€, grâce à une progression des prix moyens d’environ 6 %. Cette hausse des prix a été permise par une montée en gamme de l’offre, notamment sur le segment des sièges-auto porté par de nouvelles normes règlementaires, mais également sur celui des poussettes et des babyphones qui intègrent de nouvelles fonctionnalités. 

Le recul des volumes d’achats, observé déjà depuis plusieurs années, est imputable à l’effet conjugué de la baisse de la natalité et du développement des achats de produits de seconde main entre particuliers. Rappelons que l’arrivée d’un bébé a un impact important sur le budget d’un foyer. Selon l’Observatoire E.Leclerc des nouvelles consommations, publié en mars dernier, les jeunes parents estiment consacrer un budget mensuel de 490 € à leur bébé. Le premier poste de dépenses concerne les frais de garde, devant l’alimentation et l’équipement. Cela les amène à faire de nombreux arbitrages et, notamment, à privilégier les produits d’occasion, en particulier sur le segment de la grosse puériculture, comme les poussettes et les parcs.


Côté distributeurs, ce sont les hypers et les supermarchés qui sont les grands perdants. Ils ne représentent plus que 15 % du marché, selon GfK. Les spécialistes de la puériculture (Aubert, Bébé 9, Autour de bébé, Verbaudet, Orchestra-Prémaman, Natalys…) renforcent, quant à eux, leurs positions pour atteindre 71 % de parts de marché fin 2018.

Découvrez notre étude sur le marché du bébé connecté. 

UN BILAN EN DEMI-TEINTE POUR LES VENTES D’ARTICLES DE PUÉRICULTURE
BERVILY Elodie 23 avril, 2019
Partager ce poste
Archiver