TRAVAUX DE RÉNOVATION : LES BAILLEURS PRIVÉS FONT PEU APPEL AUX AIDES DE L’ÉTAT
1 mars, 2021 par
TRAVAUX DE RÉNOVATION : LES BAILLEURS PRIVÉS FONT PEU APPEL AUX AIDES DE L’ÉTAT
TIPHANEAUX Sabrina


Une enquête de l’Anil pointe les freins à la réalisation de travaux par les propriétaires bailleurs. Les difficultés de financement sont la première source de découragement. Pourtant, très peu font appel aux aides et subventions.

La rénovation énergétique a beau être au cœur des priorités des différents gouvernements qui se sont succédé ces dernières années, le rythme des travaux peine à s’accélérer. Avec 4,8 millions de « passoires thermiques » sur les 29 millions de résidences principales que compte l’Hexagone, la précarité énergétique demeure un fléau national. Pour tenter de lever les freins à la réalisation de travaux, l’Agence nationale pour l’information sur le logement (Anil), a interrogé 2 155 propriétaires bailleurs entre janvier et mai 2020. Les résultats, qui viennent d’être dévoilés, révèlent qu’une très grande majorité des bailleurs interrogés (88 %) indique avoir réalisé des travaux dans son logement. Il s’agit surtout de rénovations de salle de bain, cuisine et/ou toilettes (64 %), et de travaux de mise aux normes (électricité, assainissement…) (60 %). 58 % ont procédé au changement des fenêtres sans autres travaux d’isolation et plus de la moitié a remplacé le système de chauffage, ventilation, climatisation. Les travaux sont entrepris surtout à l’occasion d’un changement de locataire (42 %), ou avant la première mise en location du bien (32 %). 15 % les ont réalisés par nécessité et seuls 9 % à la suite de la demande d’un locataire.

Financement par l’épargne

Quant aux motivations, elles sont assez diverses. La moitié des sondés met en avant l’amélioration du confort dans le logement (45 %) alors que pour 44 %, il s’agit surtout de pouvoir louer son bien plus facilement. Ils sont aussi près de 30 % à le faire parce qu’ils n’ont pas le choix et autant pour des questions de mises aux normes. Du côté des freins, la difficulté de financement ressort, sans surprise, en tête des obstacles à la réalisation de travaux avec 43 % des réponses. À cela, s’ajoute l’inquiétude liée au retour sur investissement considéré comme limité (29 %). Au-delà de ces intérêts financiers, les bailleurs font face à des contraintes pratiques comme la présence du locataire dans le logement (30 %) et la difficulté à trouver des artisans compétents (20 %).

Enfin, l’étude montre que les bailleurs font peu appel aux aides. 65 % des bailleurs ont financé leur projet sur leurs économies et moins du quart ont eu recours à l’emprunt. 6 % seulement ont entrepris des travaux grâce au versement d’une subvention et encore moins (4 %) grâce à des avantages fiscaux.

TRAVAUX DE RÉNOVATION : LES BAILLEURS PRIVÉS FONT PEU APPEL AUX AIDES DE L’ÉTAT
TIPHANEAUX Sabrina 1 mars, 2021
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver