REBOND DE L'IMMOBILIER LOGISTIQUE EN 2020
Entre effet de rattrapage et évolutions stratégiques des secteurs clients, le marché a profité d'une très bonne dynamique. Les tendances observées les années précédentes se sont, par ailleurs, confirmées : succès des entrepôts XXL, concentration des investissements sur la dorsale Lille-Paris-Lyon-Marseille…
10 février, 2022 par
REBOND DE L'IMMOBILIER LOGISTIQUE EN 2020
MEZIANI Hélène


Après une baisse de 7 à 15 % de la demande placée en immobilier logistique en 2020 (selon les sources), le marché a rebondi en 2021. Les deux principales sources de données sur l’immobilier logistique en France, JLL et CBRE, estiment que la demande placée a augmenté de respectivement 8 % et 7 %.

Pour JLL, l’analyse concerne les entrepôts de plus de 10 000 m² pour lesquels les surfaces commercialisées auraient atteint 3,6 millions de m² en 2021. CBRE analyse, quant à lui, les entrepôts de plus de 5 000 m² et décompte une demande placée totale, l’année dernière, de 4,4 millions de m². En montant, les investissements en immobilier logistique devraient dépasser 4 Md€ en 2021, selon les premières estimations (contre 3,4 Md€ l’année précédente).

Le marché a notamment été dynamisé par le rattrapage des opérations reportées ou retardées par les confinements de l’année 2020. Mais cet effet rattrapage n’est pas l’unique facteur ayant contribué à la croissance : demande de la grande distribution liée aux stratégies multicanales, accélération du e-commerce, évolutions de la logistique urbaine ou encore relocalisation des stocks…

La répartition du marché entre chargeurs et prestataires logistiques a été relativement équilibrée en 2021 puisque ceux-ci ont été à l’origine de respectivement 51 % et 49 % des surfaces commercialisées.

Parmi les différents segments du marché, ce sont les entrepôts de 10 à 20 000 m² (59 % des transactions, selon JLL) et les entrepôts « XXL », de plus de 40 000 m² (14 % des transactions et 39 % des surfaces commercialisées), qui ont tiré la croissance. Enfin, concernant la localisation des entrepôts, la dorsale Lille-Paris-Lyon-Marseille a, comme les années précédentes, concentré les investissements, avec 54 % de la demande placée. Mais les Hauts-de-France ont nettement tiré leur épingle du jeu avec un record de 1 million de m² commercialisés, au même niveau que l’Île-de-France. La région de la capitale, comme d’autres grandes métropoles, a, elle, souffert de la pénurie d’offres, tirant d’ailleurs à la hausse les loyers.

Pour aller plus loin, découvrez notre étude sur l'immobilier logistique
REBOND DE L'IMMOBILIER LOGISTIQUE EN 2020
MEZIANI Hélène 10 février, 2022
Partager ce poste
Archiver