L’officine à l’horizon 2025 : comment les pharmaciens imaginent-ils leur avenir ?
9 septembre, 2016 par
L’officine à l’horizon 2025 : comment les pharmaciens imaginent-ils leur avenir ?
CHARRONDIERE Hélène


Les pharmaciens se sentent-ils bien préparés pour s’adapter, d’ici 10 ans, aux évolutions les plus probables de leur exercice ? Dans la plupart des cas, la réponse est non, selon l’enquête réalisée par Direct Medica pour le compte des Echos Etudes (1). 

Plus de 75 % des pharmaciens interrogés ne se sentent aujourd’hui pas prêts à affronter l’ouverture du capital ou le développement de la vente en ligne des médicaments d’automédication et de la parapharmacie. Ils sont mêmes 81 % à se déclarer démunis face à une éventuelle perte du monopole officinal sur l’automédication. Et ce, alors qu’ils résistent depuis 20 ans, avec succès, à la concurrence de la grande distribution sur le marché de la parapharmacie... De quoi rendre les pharmaciens très majoritairement pessimistes (à 80 %) quant aux perspectives de leur métier et de leur activité.

Un métier recentré sur la dispensation du médicament, la prévention et le dépistage

Quand ils se projettent à horizon 2025, les orientations envisagées confortent le rôle du pharmacien sur son cœur de métier : se recentrer sur la dispensation des médicaments (plus de 40 % des répondants), loin devant le fait d’appartenir à une chaîne de pharmacies (19 %) ou devenir pharmacien référent d’une pathologie (18 %). Les titulaires interrogés imaginent ainsi leur métier évoluer prioritairement vers des conseils de prévention et des actions de dépistage. En revanche, ils sont moins de 15 % à envisager plus d’entretiens pharmaceutiques rémunérés et plus de coopérations interprofessionnelles avec les médecins... deux évolutions pourtant largement encouragées par les autorités de santé et les représentants de la profession depuis la fin des années 2000.  

Autre enseignement intéressant tiré de cette enquête : l’appréhension du risque d’ubérisation de la profession officinale. Réalité ou fantasme ? Près de la moitié des pharmaciens interrogés ne peuvent encore répondre à cette question. Ceux pour qui cette ubérisation est d’ores et déjà une réalité la considèrent comme une menace (40 %), voire la cause de leur disparition (35 %). Seuls 17 % l’envisagent comme une opportunité pour se réinventer et développer de nouvelles activités...

(1) Source : Les Echos Etudes, Les perspectives de la pharmacie d’officine à l’horizon 2025. Enquête quantitative on-line menée par Direct Medica au 1er trimestre 2016 auprès de 300 pharmaciens titulaires représentatifs de la population des officines françaises. Découvrez la présentation de cette nouvelle publication des Echos Etudes sur le site www.lesechos-etudes.fr 

L’officine à l’horizon 2025 : comment les pharmaciens imaginent-ils leur avenir ?
CHARRONDIERE Hélène 9 septembre, 2016
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver