Les perspectives du marché de l'assurance en 2002
19 juillet, 2001 par
Les perspectives du marché de l'assurance en 2002
Les Echos Etudes


En 2002, le marché global devrait connaître une phase de consolidation marquée par une hausse essentiellement technique (+1% à +3%), due à des relèvements importants de tarifs en assurance dommages et à la progression de l’assurance santé/prévoyance. D’abord, l’assurance de personnes connaîtrait une croissance limitée au niveau de l’inflation en 2002, l’assurance vie étant atone du fait de la baisse des cours boursiers, de la progression des rachats et de la montée des produits de substitution bancaires (épargne bilantielle). Les relais de croissance de la branche devraient reposer sur l’éventualité de la mise en place de fonds retraite par capitalisation et les contrats dépendances. Ensuite, l’assurance dommages devrait observer une croissance de +5% environs et un retour à une meilleure profitabilité, suite à l’assainissement des portefeuilles (résiliations, refonte des garanties, réévaluation des franchises et des exclusions, sorties du marché de petits intervenants, notamment étrangers) et aux majorations tarifaires, qui frapperont surtout les entreprises. Attention, les encours de gestion d’actifs devraient augmenter faiblement (+2% à +4%) compte tenu de la baisse tendancielle des indices boursiers (pas d’effet valorisation, voire un effet dévalorisation). Enfin, le marché des grands risques industriels progresserait fortement (20% en 2002), grâce à des hausses de tarifs significatives (+30% au minimum). Le scénario d’une nouvelle catastrophe de grande ampleur (supérieure à 1 milliards d’euros, doit toutefois être envisagé car il aurait pour conséquence des chutes brutales de capacités (y compris dans l’assurance dommages traditionnelle) et le retour massif des États dans l’assurance des grands risques. Le véritable redémarrage du marché en 2003 dépendra de la survenance ou non d’un nouvel événement catastrophique de grande ampleur (sinistre, krach boursier), de la bonne tenue des tarifs et de la capacité des assureurs à élargir leur offre de services financiers. La tenue des tarifs implique que les assureurs parviennent à préserver leur « paix armée » malgré les tentations de relance de la guerre des prix.

Les perspectives du marché de l'assurance en 2002
Les Echos Etudes 19 juillet, 2001
Partager ce poste
Archiver