Le pneu increvable arrive enfin !
10 juillet, 2003 par
Le pneu increvable arrive enfin !
Les Echos Etudes


Le pneu assure cinq grandes fonctions essentielles :
• le guidage, la stabilité de trajectoire du véhicule dépend de la tenue du pneu qui guide l’automobile avec précision indépendamment de l’état du sol et des conditions
climatiques ;
• le portage, le pneu porte non seulement le poids du véhicule à l’arrêt mais, également en mouvement et doit résister aux transferts de charges considérables à l’accélération et au freinage ;
• la suspension, le pneu boit l’obstacle et amortit les irrégularités de la route en assurant le confort du conducteur et du passager ainsi que la longévité du véhicule ;
• le freinage, le pneu transmet les efforts d’accélération et participe au freinage ;
• la motricité, le pneu roule mieux avec moins de résistance au roulement pour un plaisir de conduite renforcé et une consommation maîtrisée.
L’évolution des attentes des consommateurs en termes de qualité et d’exigences sur le produit va de pair avec la montée en gamme des constructeurs pour contrer l’essor des MDD qui pénètrent de plus en plus le marché. Les constructeurs demandent à leurs fabricants de pneumatiques des investissements importants pour suivre les évolutions permanentes qui permettent de produire des produits de plus en plus performants, c’est-à-dire synonyme de sécurité. Devant l’évolution technologique des véhicules, les partenariats entre pneumaticiens et constructeurs automobiles se multiplient pour adapter les performances du pneu aux cahiers des charges des véhicules.
Les fabricants de pneumatiques sont en train d’introduire sur le marché le concept de roulage à plat (« run flat » en anglais) afin de supprimer l’utilisation de la roue de secours.
Ces pneus ne sont pas increvables mais, permettent de rouler sans pression sur une distance de 200 kilomètres à une vitesse qui ne doit pas excéder 80 kilomètres/heure. Pour cela, les jantes sont désormais munies d’un accrochage mécanique de l’enveloppe et l’astuce consiste à ajouter une bande en résine sur la jante. La technologie Pax, développée par Michelin, est la plus connue de toute et, en cas de crevaison, l’enveloppe radiale s’applique sur la bande en résine et un gel vient garnir l’intérieur de cette enveloppe et l’appuie. Des procédés concurrents existent, tels que le pneu EMT basé sur les flancs porteurs assez résistants et rigides en cas de chute de pression pour se rendre au garage le plus proche ou le CWS développé par Continental où un « safety ring » enserre la jante et permet à l’enveloppe dégonflée de rouler pendant 200 kilomètres.Toutefois, ces technologies ne concernent actuellement que le marché de la première monte puisque le véhicule doit disposer d’un système de surveillance de la pression des pneus. De plus, l’adoption de cette technologie est soumise au bon vouloir des constructeurs et la réparation s’avère difficile et nécessite des investissements qui ne sont pas intéressants en présence d’un parc pratiquement pas équipé.
Un enjeu écologique (basse résistance au roulement) a vu le jour avec les possibilités multiples de recyclage offertes et la sensibilisation du grand public à cet aspect. Le but est d’encourager la valorisation du pneu en fin de vie, ce qui doit conduire à une baisse constante de la mise en décharge des pneus usés. Par un décret signé fin 2002 en France, les fabricants de pneus sont tenus à leur valorisation et à leur destruction en fin de vie pour éviter l’éparpillement des pneus dans la nature, comme c’était le cas auparavant.
L’innovation et la recherche sont des enjeux fondamentaux dont les constructeurs sont demandeurs, il s’agit de combiner le savoir-faire des équipementiers et des constructeurs pour tenir compte des tendances actuelles qui visent à une protection de l’environnement et à l’application de normes antibruit et de sécurité (freinage optimisé sur sol sec et humide).

Le pneu increvable arrive enfin !
Les Echos Etudes 10 juillet, 2003
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver