L’activité des cafés-hôtels-restaurants en léger repli de 0,7 % en 2014
6 novembre, 2015 par
L’activité des cafés-hôtels-restaurants en léger repli de 0,7 % en 2014
DESCLOS Cécile


Les crêperies, les pizzerias, la restauration rapide et l’hôtellerie de plein air affichent une progression de leur chiffre d’affaires en 2014

La FCGA (Fédération des centres de gestion agréés) vient de publier sa 21e édition de l’étude annuelle « Chiffres et Commentaires » qui présente les indicateurs statistiques sur l’évolution économique de 180 000 TPE adhérentes des CGA et de 75 professions (du commerce de détail, de l’artisanat commercial, des services et du bâtiment artisanal). Tous secteurs confondus, l’activité des TPE a reculé de -1,0 % en chiffre d’affaire sur 2014 (contre -0,4 % en 2013).

La situation est plus inquiétante au niveau de la rentabilité puisque l’ensemble des TPE connaissent une chute de leur résultat courant net moyen de -3,4 % (-1,1 % en 2013). Sur les 11 secteurs analysés, seuls trois ont enregistré une hausse de chiffre d’affaires (+1,1 % pour les services, +0,9 % pour les transports, +0,5 % pour le commerce de détail alimentaire). Quant aux cafés-hôtels-restaurants, ils sont plutôt mieux lotis en 2014 que 2013. Ils ont connu un léger recul de l’activité de -0,7 % pour le chiffre d’affaires moyen en 2014 (identique à 2013) et une baisse de la rentabilité (-2,3 % pour le résultat courant net moyen) néanmoins en amélioration par rapport à 2013 (-3,0 %).

Les évolutions sont néanmoins contrastées selon les segments du secteur CHR. Les TPE positionnées sur les segments suivants sont dans le vert : les crêperies (+0,9 % de croissance de CA), les pizzerias (+0,7 %), la restauration rapide (+0,4 %), l’hôtellerie de plein air (+0,5 %). A l’inverse, l’activité a été plus morose pour les hôtels avec restaurant (-2,3 %), les hôtels sans restaurant (-1,7 %), les restaurants traditionnels (-1,1 %), les cafés-restaurants (-0,9 %), les brasseries (-0,4 %). C’est finalement mieux qu’en 2013 où seule la restauration rapide affichait une croissance de son CA, et encore… tout juste positive (+0,2 %). Les cafetiers, débitants de tabac-jeux ont gagné 44 400 euros (revenu net après déduction des charges sociales et avant impôt) et se situent en milieu de tableau. Sur le podium, se distinguent les pharmacies d’officine (144 900 euros), suivis des opticiens (60 400 euros). En bas du tableau, les coiffeurs à domicile.

L’activité des cafés-hôtels-restaurants en léger repli de 0,7 % en 2014
DESCLOS Cécile 6 novembre, 2015
Partager ce poste
Archiver