Laboratoires pharmaceutiques : le défi de la transformation digitale
26 juin, 2015 par
Laboratoires pharmaceutiques : le défi de la transformation digitale
CHARRONDIERE Hélène


Avec la même force de disruption que la révolution industrielle, la révolution numérique transforme les organisations, les cultures d’entreprise et les modes de management. A l’heure de la médecine personnalisée, de la santé connectée et du Quantified Self, c’est à une véritable rupture de business model que sont confrontés les industriels du médicament. Les plus audacieux, tels Abbvie, Sanofi, GSK, Lilly et Novartis, structurent progressivement un écosystème « étendu » à la sphère digitale, au travers par exemple de Living Labs. Mais force est de constater que la majorité des Big Pharma peinent à se transformer, freinées par les contraintes réglementaires et l’absence de cadre interne.

En conséquence, la transformation digitale des laboratoires reste pour l’essentiel abordée par la communication sur les produits et les aires thérapeutiques, et les initiatives sont en majorité envisagées dans une vision « outil » : un site, une application, une web série, un serious game, un objet connecté... Sans que ces outils soient toujours en interaction les uns avec les autres ou s’intègrent de manière cohérente dans une logique de parcours de soins.

Le digital offre pourtant de formidables opportunités de développer des solutions innovantes du type Beyond the Pill, à l’instar de celle développée par Sanofi dans le diabète avec Diabéo® (assistant numérique pour patient), GoMeals® (application mobile) et iBGStar® (lecteur de glycémie connecté). Elles restent toutefois minoritaires, de même que les supports transactionnels destinés à renforcer la relation médecins/patients (ex. : les applications Mon Asthme® de GSK ou Mon Agenda Positif® de MSD) ou pharmaciens/patients.

Les Big Techs sont-ils les futurs géants de la pharma ?

L’ère digitale amène à la convergence des filières du bien-être, de la prévention, du soin et du médicament, élargissant ainsi l’écosystème de la santé à de nouveaux entrants : start up issues du Quantified Self (Withings…), Big Tech (Apple, Samsung…) et Big players du web (Google…). La création en 2013 de Calico par Google est à cet égard emblématique. Cette nouvelle entreprise ambitionne de relever le défi du vieillissement et des maladies associées par le biais des nouvelles technologies et de l’intelligence artificielle. Le métier des Big Tech et des Big players du web est de faire fructifier des données au sein d’un écosystème numérique. Ils ont ainsi tous développé des plates-formes mobiles reposant sur des données de santé ou de bien-être : Apple HealthKit®, Microsoft HealthVault®, Google Android Wear®, Google Fit®…. Nul doute que ces opérateurs sauront exploiter leurs flux digitaux pour formater les données de santé, tout comme elles le font déjà avec celles du bien-être. Le secteur de la santé est à l’aube de profonds bouleversements qui risquent fort de remettre en question les positions établies des laboratoires pharmaceutiques.

Laboratoires pharmaceutiques : le défi de la transformation digitale
CHARRONDIERE Hélène 26 juin, 2015
Partager ce poste
Archiver