[INTERVIEW] REVEILLER LES BELLES ENDORMIES !
Jean-Philippe Cartier, serial entrepreneur autodidacte, pionnier du digital, a construit un groupe dans l'hôtellerie de luxe. Interview du dirigeant de H8 Collection.
23 mai, 2022 par
[INTERVIEW] REVEILLER LES BELLES ENDORMIES !
DESCLOS Cécile


Comment est née votre soif d’entreprendre ?

Jean-Philippe Cartier : l’âge moyen de la création d’entreprise en France est de 38 ans. Je déroge complétement à cette règle. L’entrepreneuriat est chez moi une vocation quasi-innée, qui est indissociable de l’indépendance à laquelle j’ai aspiré très tôt. À 16 ans, je faisais déjà du commerce de jeux vidéo à l’école. En 2000, à 22 ans, j’ai monté ma première entreprise, Autoreflex.com, un site d’annonces spécialisées dans les véhicules d’occasion, que j’ai revendu en 2010 à Axel Springer et Mondadori. En parallèle, avec des opérations de cessions d’actions, j’ai pu fonder en 2008 ma holding d’investissement personnel, H8 Invest, avec laquelle j’ai investi dans des secteurs d’activité très hétéroclites : l’immobilier, la tech… J’ai été propriétaire pendant un laps de temps du cabaret Bobino, de la radio MFM… Ma holding compte aujourd’hui une trentaine de participations qui va de la fintech (October) à la biotech (Avrion Thérapeutics), la restauration (Loulou au Musée des Arts Décoratifs, Coco à l’Opéra Garnier), l’élevage d’insectes (Innovafeed), l’hôtellerie…

Qu’est-ce qui a motivé votre passage du digital à la pierre ?

J.-P. C. : j’ai agi, comme souvent, au feeling sans feuille de route prédéfinie ni vision stratégique élaborée à l’avance. L’incursion dans l’hôtellerie est, au départ, associée à une anecdote de vie, comme pour d’autres projets. J’ai en effet acheté mon premier hôtel, le Mas de la Fouque en Camargue, un établissement que je connaissais de longue date, sur un coup de cœur en 2010. Je me suis fortement investi personnellement dans sa transformation et sa rénovation. Celui-ci a tout de suite très bien fonctionné. Ma deuxième « prise » dans l’hôtellerie fut également le fruit du hasard. Il s’agissait à nouveau d’un endroit cher à mon cœur, le Relais & Châteaux Les Hauts de Loire à proximité du château de Chambord. Nous l’avons complètement rénové, ajouté un spa en partenariat avec Clarins, créé une école de cuisine…

Quel est le dénominateur commun de vos actifs dans l’hôtellerie de luxe ?

J.-P. C. : l’acquisition de mon deu-xième hôtel a été le prétexte à la création du groupe H8 Collection en 2014, avec l’envie d’aller picorer dans différents coins de France de beaux actifs pour les relancer. Nous vivons dans un pays sublime avec de nombreuses belles endormies à réveiller. Ces pépites sont souvent détenues depuis 30-40 ans par des propriétaires qui n’entreprennent pas les travaux nécessaires par manque de moyens, d’envie, de force. La vocation d’H8 Collection est de relancer ces établissements d’exception en quête d’un second souffle en les remettant au goût du jour via le design et le modernisme sans pour autant trahir l’authenticité du lieu. À côté de l’effervescence dans l’hôtellerie urbaine et les palaces parisiens, je préfère l’hôtellerie haut de gamme de charme en région dans des zones d’exception du patrimoine français.

Combien d’hôtels sont dans le giron d’H8 Collection ?

J.-P. C. : H8 Collection regroupe aujourd’hui 8 établissements de caractère, rénovés en profondeur et situés dans des lieux iconiques. Comme, par exemple, l’hôtel Mont-Blanc à Chamonix, un établissement du siècle dernier, auparavant propriété de la famille Taittinger et qui avait été redécoré par la célèbre architecte d’intérieur Sybille de Margerie. Ou encore, l’hôtel Flaubert à Trouville, ma dernière acquisition, en association avec le producteur et ami, Pierre-Antoine Capton.

Pouvez-vous nous communiquer quelques indicateurs clés sur votre groupe ?

J.-P. C. : le ticket moyen est aux alentours de 350 € et nous avons un taux d’occupation de 70 %. La valorisation de notre groupe se situe aux alentours de 120 M€. Et en termes de rentabilité, notre objectif est de dégager entre 25 % et 30 % de marge d’Ebitda par établissement.

Quelles sont les clés de votre réussite ?

J.-P. C. : l’entrepreneur est le propre acteur de sa réussite. À ce titre, la confiance en soi et dans les projets que l’on porte est capitale. Cette confiance doit s’accompagner d’un état d’esprit viscéralement optimiste où l’unique option possible est la réussite de votre projet. L’audace et la persévérance sont, à mes yeux, deux autres ferments essentiels du succès malgré les embûches et les avis contraires de certains qui cherchent à vous dissuader en pointant l’absence de logique dans vos choix. Mes pas de côté avec des investissements sectoriels éclectiques ont jusqu’ici été payants.

Comment avez-vous traversé la pandémie ?

J.-P. C. : je considère que le gouvernement a été exceptionnel dans son soutien pour notre secteur d’activité. Ce soutien nous a permis de tenir tout en réfléchissant à l’évolution de notre business model en accélérant notamment la digitalisation du parcours client.

Quels sont vos ambitions et vos projets de développement ?

J.-P. C. : je n’ai pas d’ambition affichée programmée à l’avance. C’est vraiment en fonction des opportunités qui se présentent à moi. Je fonctionne à l’instinct. Je privilégie l’intuition, le bon sens et l’humain aux business plan bien huilés. Et je continuerai à ne rien m’interdire ! En revanche, je ne prévois pas de déploiement à l’international. Je suis un fervent défenseur du made in France ! Je suis fier d’investir en France et de contribuer au renouvellement d’établissements emblématiques de notre patrimoine.

Êtes-vous confiant dans la reprise du tourisme ?

J.-P. C. : j’ai une foi profonde dans ce secteur primordial pour la France. Nous vivons dans le plus beau pays du monde. Le tourisme, c’est l’économie de demain avec 3 millions d’emplois non délocalisables.

Fiche d’identité
Dénomination : H8 Collection
Activité : hôtellerie de luxe en région
Création : 2014
Effectif : 200 personnes
Web : www.h8-collection.com
[INTERVIEW] REVEILLER LES BELLES ENDORMIES !
DESCLOS Cécile 23 mai, 2022
Partager ce poste
Archiver