[INTERVIEW] NOUS AVONS DECIDE DE DIVERSIFIER NOS ACTIVITES
RT Global Solution est un groupe familial, rassemblant l'entreprise de transport et l'activité de logistique créée en 2012. Interview du dirigeant du groupe, Romain Tardy.
5 février, 2024 par
[INTERVIEW] NOUS AVONS DECIDE DE DIVERSIFIER NOS ACTIVITES
MEZIANI Hélène

Crédit photo : RT Global Solution / L. LACOURT

Quelles sont les activités du groupe ?

Romain Tardy : RT Global Solution intervient dans 2 types d’activités. SETT Transports, l’entreprise créée par mes parents il y a 35 ans, fait du transport de marchandises général, principalement pour la grande distribution et l’industrie.

RT Logistique, qui est l’entreprise que j’ai créée en 2012, possède aujourd’hui une quinzaine d’entrepôts en France, soit une surface d’environ 200 000 m², et compte une centaine de collaborateurs. Elle réalise plusieurs prestations en logistique : le stockage de produits général, la préparation de commandes, palettes ou colis. Nous réalisons, par ailleurs, de plus en plus de prestations annexes, beaucoup sur-mesure : palettisation, reprise de produits, modification de palettisation… Nous entrons dans la ligne de production des clients avec le conditionnement à façon, avec le contrôle produit. Pour un client acteur mondial des bornes de recharge à domicile, nous démontons dans notre atelier ces bornes, les personnalisons avec des composants complémentaires selon les typologies des bornes, les remontons, repalettisons et les remettons sur le marché.

Comment se porte le marché ?

R. T. : le marché a été euphorique ces 2 dernières années post-Covid. Mais nous sentons depuis le mois de septembre des tensions, avec une réduction des volumes transportés et stockés, dues en partie à l’inflation, mais aussi à la réduction des capacités d’emprunt des industriels, ce qui vient bloquer très clairement l’économie. Un autre frein à la croissance est le manque de foncier. Les collectivités préfèrent réserver le foncier aux artisans plutôt que de le vendre à des entreprises comme la nôtre, en logistique. Les rares terrains voués à la logistique sont vendus à des investisseurs institutionnels qui dictent le marché en termes de loyers et créent donc de l’inflation supplémentaire. Ce qui crée un véritable blocage pour les acteurs locaux.

On parle aussi beaucoup des difficultés de recrutement de conducteurs ?

R. T. : dans le transport, la problématique n’est plus vraiment sur les conducteurs aujourd’hui. Cela reste difficile pour la longue distance, mais nous ne sommes pas dans la même situation qu’il y a encore 1 ou 2 ans. Pour moi, aujourd’hui, le gros point noir concerne l’opérationnel, la gestion : donc des exploitants transport, des responsables d’exploitation, des affréteurs… Je cherche 3 exploitants depuis 3 à 6 mois, mais nous ne trouvons pas. Pourquoi ? Il faut identifier les raisons… Ce sont des métiers très contraignants, ce sont des appels de jour comme de nuit, selon les activités. L’exploitant est un manager de l’aléa : il y a toujours des problèmes avec la route, donc il faut repenser son programme toute la journée. Il doit être capable d’absorber cette pression permanente du client sans la remettre sur le conducteur.

Pour la partie logistique, la problématique dépend plutôt des zones géographiques. Nous sommes implantés principalement sur les plus grosses plates-formes logistiques européennes, où il y a une forte demande et un bassin d’emploi qui n’est pas extensible. Donc nous recourons le plus possible aux mutations internes. Le transport et la logistique ne font pas rêver, ce sont des métiers à contrainte, donc qui font peur.

Quels sont vos projets pour les prochaines années ?

R. T. : nous avons décidé en 2024 de diversifier nos activités en créant une structure qui va concevoir un modèle d’économie circulaire pour les produits électriques : disjoncteurs, interrupteurs, coffrets électriques, bornes de dérivation, bornes de recharge, etc. L’objectif est de transformer les produits – déconstruire les disjoncteurs par exemple – et redistribuer les composants. Nous avons identifié que 80 % des composants de ces produits pouvaient être recyclés. Les plastiques et le cuivre peuvent, par exemple, être broyés ou redécoupés et refondus. Cela s’adressera aux artisans du BTP, aux magasins de bricolage, aux particuliers, aux collectivités et, surtout, aux acteurs de la production de ces matériels, car le modèle que nous allons mettre en place va être très vertueux pour eux, avec à la clé le recyclage et la réinjection de matières premières.

Nous travaillons déjà avec l’un des leaders européens du marché sur le projet et nous espérons regrouper l’ensemble des acteurs pour monter une filière du recyclage de ces déchets électriques, produits au rebus, obsolètes ou non conformes. Rapidement, nous voulons développer le procédé avec les déchetteries, avec les distributeurs auprès desquels nous mettrions à disposition des supports de collecte. Nous sommes au début de l’histoire, mais cela peut être un marché intéressant et une belle opportunité pour nous.

Avez-vous d’autres projets ?

R. T. : nous allons continuer notre décarbonisation. Notre parc de véhicules est désormais éligible aux biocarburants HVO et XTL, ce qui nous permet de proposer une solution alternative au gazole, certes un peu plus coûteuse, mais qui nous permet de rester compétitifs. Du côté de RT Logistique, la période 2023-2024 va être une période de structuration, après une phase de forte croissance : nous sommes passés de 2,5 M€ de chiffre d’affaires en 2021 à 14 M€ cette année. Nous voulons mettre en place les bonnes personnes aux bons endroits, faire évoluer notre organisation pour la rendre plus pertinente, et passer un palier pour repartir sur de la croissance en 2025. Nous avons aussi besoin de faire évoluer nos outils. Nous avons notamment un projet d’automatisation à 100 % de l’un de nos entrepôts en 2024-2025, grâce à un robot palettes. Cela nous permettra de doubler notre capacité de stockage à surface égale. Ce sera un entrepôt référent pour nous, qui va notamment répondre à notre problématique de rentabilisation d’un foncier de plus en plus cher.

Fiche d’identité
Dénomination : RT Global Solution
Activités : transport routier et logistique
Chiffre d’affaires : environ 23 M€
Siège social : Pontcharra (38)
Web : https://rt-globalsolution.com/

Copyright : Les Echos Publishing

dans 
Pour aller plus loin, découvrez notre étude sur le transport décarboné 
[INTERVIEW] NOUS AVONS DECIDE DE DIVERSIFIER NOS ACTIVITES
MEZIANI Hélène 5 février, 2024
Partager ce poste
Archiver