[INTERVIEW] NOUS ACCOMPAGNONS L'ELECTRIFICATION DES FLOTTES AUTOMOBILES
Cofondée par Chanez Djoudi et Solal Botbol, Beev aide les entreprises à passer à la mobilité électrique facilement et au meilleur prix.
5 février, 2024 par
[INTERVIEW] NOUS ACCOMPAGNONS L'ELECTRIFICATION DES FLOTTES AUTOMOBILES
LES ECHOS ETUDES
Crédit photo : BEEV

Quel a été votre parcours avant la création de Beev ?

Solal Botbol : j’ai fait des études d’ingénieur aux Arts et Métiers Paris Tech que j’ai complété par un master d’entrepreneuriat à HEC Paris. Cette double formation traduit les deux passions qui m’animent : l’automobile et l’entreprise. Par la suite, j’ai intégré une start-up spécialisée dans l’intelligence artificielle qui travaillait sur les caméras permettant la conduite autonome des véhicules. Je me suis occupé de la stratégie de développement de cette entreprise pendant 3 ans. Une start-up qui a été rachetée par le groupe Stellantis. C’est à cette période que, autant par curiosité technologique que par conscience écologique, j’ai décidé de m’équiper d’une voiture électrique. J’ai alors été confronté à un parcours d’achat totalement abominable dans le sens où les informations essentielles qui auraient dû éclairer mon choix n’étaient pas disponibles et encore moins centralisées. Pire, les principaux interlocuteurs, à savoir les concessionnaires eux-mêmes, n’étaient pas plus sachant que moi sur la question car, à la base, leurs compétences fortes portaient encore sur les véhicules thermiques. C’est également à ce moment-là que j’ai rencontré mon associée Chanez Djoudi qui, elle aussi, avait travaillé dans l’automobile pendant plusieurs années.

Comment est venue l’idée de créer votre entreprise ?

S. B. : Chanez, comme moi, souhaitait se lancer dans un projet entrepreneurial à impact. Tous les deux issus de la mobilité, avec des expériences différentes mais complémentaires, nous nous sommes donc intéressés aux parcours d’achat des véhicules électriques. Et on s’est rendu compte que les entreprises, principaux acheteurs de véhicules neufs en France, rencontraient de grandes difficultés pour appréhender l’électrification de leur flotte de véhicules, alors que cette électrification se révélait nécessaire ne serait-ce que pour répondre à des contraintes de responsabilité sociétale et environnementale (RSE). Nous avons donc décidé de les accompagner en créant Beev.

Quel est cet accompagnement ?

S. B. : il comprend 3 volets. Le premier est de resituer l’enjeu, pour une entreprise, d’électrifier sa flotte automobile en énumérant, outre les aspects RSE déjà cités, la fiscalité qui pénalise de plus en plus les véhicules thermiques ou encore les contraintes légales de circulation comme l’accès aux zones à faibles émissions, ZFE, qui se développent en France. Il faut ici rappeler qu’en 2022, il n’y avait que 5 ZFE en France, mais qu’en 2025, il devrait y en avoir 40 de plus. La pression pour rapidement basculer vers l’électrique est donc de plus en plus forte pour les entreprises. Dans cette phase d’analyse, on revient également sur les aspects économiques du passage à la mobilité électrique, autrement dit le coût total de la flotte : prix des véhicules, incidence de la fiscalité, coût de l’énergie, de la maintenance, des assurances… car, il faut ici savoir que s’il est plus onéreux d’acheter une voiture électrique qu’une voiture thermique, son coût d’utilisation est plus faible. L’opération est donc rentable sur la durée de détention. Le deuxième volet de notre accompagnement revient à aider notre client à identifier le ou les véhicules électriques qui remplaceront au mieux les véhicules thermiques de sa flotte. Et pour remplir cette mission, contrairement aux acteurs traditionnels - les concessionnaires - qui, par définition, sont monomarque, nous, nous n’hésitons pas à explorer les offres de tous les constructeurs. Nous n’avons pas de préférence. Notre seule ambition est de trouver le véhicule le plus adapté à la fois aux besoins de l’entreprise et à ceux du collaborateur qui l’utilise.

Et le troisième volet, quel est-il ?

S. B. : c’est celui de la recharge et donc de l’achat et de l’installation de la borne. Ce sujet est intrinsèquement lié à la voiture électrique car, n’oublions pas, que 90 % des recharges sont opérées sur le lieu de travail ou au domicile du salarié. Seules 10 % interviennent en itinérance. Nous équipons donc nos clients avec des bornes de recharge. Des bornes qui seront installées dans l’entreprise, mais aussi chez certains de leurs collaborateurs. Nous leur proposons également une carte de recharge qui leur permettra de « faire le plein » auprès de plus de 200 000 bornes publiques en Europe. Sachant, qu’encore aujourd’hui, nombre d’entre elles ne sont pas équipées d’un terminal de paiement acceptant les cartes de crédit classiques.

Après 4 ans d’existence, où en êtes-vous aujourd’hui ?

S. B. : nous constatons que nos prévisions de croissance étaient assez réalistes. Aujourd’hui, nous employons 30 personnes et l’entreprise se développe bien, conformément à nos exigences et à nos objectifs. En termes de croissance, nous sommes sur des multiples de 3 chaque année, nous disposons d’équipes en place compétentes et impliquées sur lesquelles il est possible de se reposer, et mon associée et moi travaillons en parfaite intelligence. Les planètes sont alignées ! Quant à la concurrence, pour le moment, elle existe sur la vente de véhicules électriques ou sur l’installation de bornes de recharge, mais pas sur une offre intégrée. Nous sommes les seuls à proposer à nos clients une gestion de A à Z du parcours d’électrification de leur flotte automobile. À terme, c’est-à-dire d’ici 2 ans, notre ambition est de devenir l’interlocuteur de référence en France des entreprises qui souhaitent passer à la mobilité électrique. En outre, avec une Union européenne dans laquelle les ZFE se multiplient et qui vient d’acter l’interdiction de vendre des véhicules neufs émetteurs de CO2 au-delà de 2035, nous envisageons également de nous développer à l’étranger dans les prochains mois. Nous répondons déjà à des demandes ponctuelles émanant d’entreprises installées dans les pays du Bénélux.

Fiche d’identité
Dénomination : Beev
Activité : accompagner les entreprises dans la mobilité électrique
Création : 2019
Effectif : 30 personnes
Web : www.beev.co

Copyright : Les Echos Publishing
Pour aller plus loin, découvrez notre étude sur la mobilité électrique.
[INTERVIEW] NOUS ACCOMPAGNONS L'ELECTRIFICATION DES FLOTTES AUTOMOBILES
LES ECHOS ETUDES 5 février, 2024
Partager ce poste
Archiver