DES TRAJECTOIRES DIFFÉRENTES POUR TAKE EAT EASY ET DELIVEROO
24 août, 2016 par
DES TRAJECTOIRES DIFFÉRENTES POUR TAKE EAT EASY ET DELIVEROO
Les Echos Etudes


Alors que Take Eat Easy a annoncé sa mise en redressement judiciaire, Deliveroo procède à une cinquième levée de fonds de 248 millions d’euros !

Le modèle du « delivery service », qui inclut le service de livraison moyennant une commission de 25 à 30 % prélevée auprès des restaurateurs, révolutionne la livraison de repas à domicile. Mais aujourd’hui se pose la question de la rentabilité et de la pérennité du modèle. Ce marché, en très forte croissance, est devenu rapidement très encombré. Ainsi, en France, plusieurs jeunes pousses l’ont investi en moins de 2 ans : le français Tok Tok Tok, l’anglais Deliveroo, l’allemand Foodora, le belge Take Eat Easy, l’américain UberEats. Et le marché vient de faire une première victime : Take Eat Easy, crée en 2013 et implanté en France depuis 2014. Présent dans 20 villes en Europe, Take Eat Easy venait de franchir le cap du million de commandes. Et au cours de la dernière année, le nombre de restaurants partenaires était passé de 450 à 3 200, le nombre de clients avait grimpé de 30 000 à 350 000, pour un volume de commandes en hausse mensuelle de 31 % entre août 2015 et mai 2016. Malgré ces indicateurs positifs, Take it Easy a été placé en redressement judiciaire fin juillet. Ses revenus ne couvraient pas les coûts (livraison, marketing, staff, technologie…) et la société n’a pas réussi à boucler une troisième levée de fonds.

La trajectoire est plus heureuse pour le britannique Deliveroo créé en 2015. Après avoir dépassé fin mars le cap du million de commandes, Deliveroo a réussi à boucler début août sa cinquième nouvelle levée de fonds, d’un montant de 275 millions de dollars (248 millions d’euros), valorisant la société à plus d’un milliard de dollars. De ce fait, Deliveroo devient l’une des deux seules sociétés européennes à accéder cette année au statut de « licorne », terme désignant les start-up valorisées à au moins un milliard de dollars et non cotées en Bourse.

L’entreprise est en plein essor et communique sur le fait qu’elle est désormais rentable dans plusieurs pays. Depuis novembre, le service de livraison, présent dans 84 villes de 12 pays, affiche une croissance de plus de 400 %. Deliveroo travaille aujourd’hui avec 16 000 restaurants et avec plus de 20 000 cyclistes responsables de la livraison des plats préparés. Le marché français, investi en avril 2015, est un marché important pour l’entreprise. Dans l’hexagone, Deliveroo travaille en partenariat avec 2 000 restaurants et 2 000 livreurs qui couvrent 13 villes. Et l’entreprise compte s’implanter dans 3 grandes villes françaises supplémentaires en septembre. Enfin, outre l’extension du maillage du territoire, Deliveroo travaille sur de nouveaux services, comme RooBox, un service de cuisines partagées mises à disposition des restaurateurs partenaires de Deliveroo dans des lieux stratégiques où la demande de plats à emporter est forte.

DES TRAJECTOIRES DIFFÉRENTES POUR TAKE EAT EASY ET DELIVEROO
Les Echos Etudes 24 août, 2016
Partager ce poste
Archiver