Delphi se restructure dans un contexte économique difficile
26 juillet, 2001 par
Delphi se restructure dans un contexte économique difficile
Les Echos Etudes


Delphi entreprend un plan de restructuration et un programme de reconfiguration pour contrer le retournement du marché. Le leader mondial de l’équipement automobile, Delphi, a été durement affecté par la mauvaise tenue de son principal marché, le marché nord-américain des véhicules automobiles en 2001 dont la production a baissé de 10 % comme l'indique notre étude de marché. L’ancienne division équipements du constructeur américain General Motors a ainsi vu son chiffre d’affaires baisser de 10,5 % par rapport à 2000, subissant de plein fouet la chute des commandes émanant de son ancienne maison mère. C’est dans ce contexte difficile que Delphi a décidé d’engager d’importantes actions de restructurations et de rationalisation de ses activités dès le début de l’année 2001. Annoncé le 28 mars et quasiment appliqué dans l’année, le programme de restructurations porte sur la suppression de 11 500 postes et 9 fermetures d’usines. Cette cure d’austérité s’accompagne en outre d’une politique d’optimisation du portefeuille d’activités dans le but de transformer le groupe en une entité plus rentable et moins exposée au seul marché automobile. La stratégie de repositionnement du groupe vers les segments les plus rentables et prometteurs n’a pu néanmoins compenser la baisse du chiffre d’affaires par une diminution suffisante des coûts fixes. Les résultats d’exploitation sont en effet tous en baisse. Des conséquences contrastées selon les divisions  Si toutes les divisions connaissent une baisse de leur activité en cohérence avec la diminution globale des ventes de Delphi, leurs contributions relatives au résultat opérationnel total enregistrent, elles, des évolutions plus contrastées comparées à 2000. La principale division du groupe en chiffre d’affaires, Dynamique et Propulsion, connaît pour la première fois en 2001 un résultat opérationnel négatif
de – 30 millions de dollars (MUSD). C’est elle qui souffre le plus de la baisse des ventes sur le marché nord-américain et de la politique de restructuration engagée par
l’équipementier. De ce fait, la division Sécurité, Thermique et Architecture électrique devient en 2001 la première source des marges. Cependant, la division Electronique et Communication embarquée demeure la division la plus profitable et devient la deuxième contributrice aux marges. Cette évolution s’inscrit dans la stratégie de recentrage et de rationalisation des activités appliquée par Delphi en 2001. 

Delphi se restructure dans un contexte économique difficile
Les Echos Etudes 26 juillet, 2001
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver