BULGARI : le poids de l'endettement déséquilibre la structure financière
26 juillet, 2001 par
BULGARI : le poids de l'endettement déséquilibre la structure financière
Les Echos Etudes


Bien qu’en voie de redressement, le cash-flow opérationnel est toujours négatif en 2001, ce qui laisse le groupe dans une inaptitude à la croissance externe. Pour supporter sa double stratégie de croissance interne et de diversification de ses activités, Bulgari a fait massivement appel à l’endettement, qui a fait preuve d’une progression dangereuse dans la structure financière du groupe comme nous le précisons dans notre analyse stratégique. Il met également à contribution les actionnaires avec une politique de distribution des dividendes parcimonieuse et des augmentations de capital désormais récurrentes. Cette fuite en avant ne peut être poursuivie à long terme et la question de la recapitalisation du groupe se pose.Bulgari serait une cible d’acquisition très intéressante pour un grand groupe du luxe car le groupe est encore très profitable et bien implanté dans ses principaux métiers. De plus, le groupe n’est plus « protégé » d’une absorption par la surévaluation dont bénéficiait le titre Bulgari, puisque celui-ci a perdu près de 30 % de sa valeur entre décembre 2000 et juin 2002. L’année 2002 s’annonce comme une année de « convalescence » et les premiers résultats ne rétablissent pas la confiance Le chiffre d’affaires du groupe affiche au premier trimestre 2002 cette fois-ci un net recul. L’horlogerie et la parfumerie sont les activités les plus touchées ainsi que l’Amérique et l’Extrême-Orient en termes de zones géographiques. Le groupe a modéré ses investissements et se voit confronté à la nécessité d’équilibrer sa structure financière afin d’aborder sereinement les investissements nécessaires à l’aboutissement de son projet hôtelier.

BULGARI : le poids de l'endettement déséquilibre la structure financière
Les Echos Etudes 26 juillet, 2001
Partager ce poste
Archiver