2023 : LA FRANCE POURRAIT EVITER LA RECESSION
Dans ses dernières projections macroéconomiques, la Banque de France table sur 0,3 % de croissance en 2023. Une prévision « entourée d'une large incertitude », rappelle néanmoins l'institution.
4 janvier, 2023 par
2023 : LA FRANCE POURRAIT EVITER LA RECESSION
LES ECHOS ETUDES


Dans l’environnement chaotique que nous traversons, il est de plus en plus difficile de faire des prévisions économiques. Confrontée à cet exercice difficile, la Banque de France est restée très prudente lors de ses dernières projections, du moins pour l’exercice 2023. L’institution table ainsi sur un ralentissement de la croissance l’an prochain. Attendue à 2,6 % en 2022, la hausse du PIB pourrait ne pas dépasser 0,3 % en 2023.

Une prévision sous conditions
Et encore, insiste la Banque de France, « une telle projection est entourée d’une incertitude toujours large, notamment liée aux aléas sur les quantités et les prix d’approvisionnement en gaz ». La difficulté redoutée par les analyses porte sur d’éventuelles difficultés de réapprovisionnement en gaz pour reconstituer les stocks européens en prévision de l’hiver 2023-2024. Ces dernières pourraient, à nouveau, faire flamber les prix de l’énergie et peser sur les marges des entreprises et les finances publiques. À l’inverse, un ralentissement de la croissance mondiale plus fort qu’attendu ferait chuter les prix de l’énergie et des matières premières. C’est pour tenir compte de ces deux hypothèses que la Banque de France évoque également une fourchette comprise entre -0,3 % et +0,8 % pour cette prévision de la croissance en 2023. Si les tensions demeurent avec la Russie, la France pourrait ainsi, comme la plupart de ses voisins européens, ne pas échapper à la récession en 2023.

Une fois passé le pic des tensions sur les prix des matières premières et sur l’approvisionnement en énergie, attendu au 1er semestre 2023, la phase de reprise s’amorcerait en 2024. « Ce serait d’abord à un rythme modéré, de 1,2 % en moyenne annuelle. La dynamique de croissance se poursuivrait sur toute l’année 2025, avec une progression du PIB en moyenne annuelle de 1,8 % », prévoit la Banque de France.

Quid de l’inflation ?
En 2022, l’inflation devrait s’établir à 6 % (+3,5 % pour les produits et services hors énergie et alimentation). Pour 2023, la Banque de France prévoit un même niveau de hausse des prix. En revanche, son évolution sur l’année devrait être différente « avec un pic au premier semestre et une décrue, progressive mais nette, sur le reste de l’année », précisent les analystes. En glissement annuel, l’inflation descendrait ainsi à 4,0 % au 4e trimestre 2023, après avoir connu une croissance de 7,3 % fin 2022.

La hausse des prix de l’énergie devrait être plus modérée qu’en 2022, même si elle restera importante. Quant aux hausses des prix de l’alimentation et des produits manufacturés, elles ne ralentiront que progressivement en raison des hausses déjà établies sur l’énergie et les matières premières. La hausse des prix des services devrait, à son tour, rester soutenue par la progression des salaires nominaux.

2023 : LA FRANCE POURRAIT EVITER LA RECESSION
LES ECHOS ETUDES 4 janvier, 2023
Partager ce poste
Archiver