LES VENTES DES FRUITS ET LÉGUMES POURSUIVENT LEUR CROISSANCE

LES VENTES DES FRUITS ET LÉGUMES POURSUIVENT LEUR CROISSANCE

Porté par la progression des prix de vente, le marché français des fruits et légumes frais s’inscrit à la hausse.

Les sommes dépensées par les ménages français pour leurs achats de fruits et légumes ont affiché, en 2019, une 5e année consécutive de croissance. Selon les dernières données de Kantar Worldpanel communiquées par FranceAgriMer, les consommateurs ont, en effet, dépensé en moyenne 424 € pour leurs achats de fruits et légumes frais en 2019, en croissance de 2,2 % par rapport à l’année précédente. Mais cela ne signifie pas pour autant que la consommation ait progressé car cette hausse est essentiellement imputable à une augmentation des prix de vente. Le prix moyen au kilo des fruits et légumes a, en effet, progressé de 1,4 % en 2019 pour s’établir à 2,60 € alors que les quantités consommées n’ont augmenté que de 0,7 %. Les ménages français ont ainsi acheté, en moyenne, près de 165 kilos de fruits et légumes frais, en hausse de 1,1 kg par rapport à l’année précédente. La croissance du marché a, cette année encore, été tirée par les fruits et légumes bio dont les ventes ont progressé de près de 7 %. La catégorie représente désormais 10 % des achats en valeur de fruits et légumes frais.
C’est du côté des légumes que la croissance a été la plus dynamique avec des achats en hausse de 4,7 %, portés essentiellement par la progression, pour la 5e année consécutive, des prix moyens (+3,1 %). La palme de la croissance revient cette année à l’échalotte dont les ventes affichent une progression de 20 %, devant la pastèque, l’oignon et le poireau. Du côté des flops, on retrouve la 4e gamme (les légumes en sachet), les haricots verts, les citrouilles et les potirons avec des replis compris entre -2 % et -7 %. Concernant les fruits, les achats sont restés stables par rapport à l’année précédente, en raison d’une stabilité des prix et des volumes. Le kiwi, l’ananas et les petits fruits rouges sont les segments qui s’en sortent le mieux avec des ventes en hausse de plus de 10 %. La plus forte baisse est enregistrée par l’abricot, à -11 %. La poire et la pêche sont également en repli.
Côté distribution, les hypers et supermarchés dominent largement avec une part de marché de 52 % en 2019, stable depuis plusieurs années. Les commerces spécialisés, à savoir les primeurs et les grandes surfaces dédiées au frais, représentent 12 % des ventes. Suivent les marchés et les enseignes hard discount avec une part de marché de 11 %. Enfin, les magasins de proximité, supérettes et enseignes généralistes de quartiers, concentrent 6 % des ventes totales de fruits et légumes


Les dernières Études

NOUVEAUTÉ

Le marché français de la dermocosmétique

Comment la crise et les nouvelles exigences des consommateurs transforment le marché ?

Le marché de la dermocosmétique était très nettement orienté à la hausse avant la pandémie.

novembre 2020

Découvrir

NOUVEAUTE

Le marché du snacking en France

Chiffres clés, tendances porteuses et gisements de croissance pour 2021-2025

La crise de la Covid-19 a été un catalyseur de tendances préexistantes au confinement dans l’alimentaire et le snacking n’échappe ...

novembre 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Le marché français de la phytothérapie

Quelles stratégies gagnantes pour capter la croissance du marché de la santé au naturel à l’horizon 2025 ?

Le marché de la phytothérapie est en forte croissance.

novembre 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ

La distribution des produits alimentaires bio en France

Quelle redistribution des cartes entre circuits et enseignes, quelles stratégies gagnantes pour capter la croissance de demain ?

Le marché français des produits bio poursuit son essor exceptionnel.

septembre 2020

Découvrir