L’ASSURANCE MALADIE PRÉVOIT PLUS DE 2 MILLIARDS D’EUROS D’ÉCONOMIES EN 2020

L’ASSURANCE MALADIE PRÉVOIT PLUS DE 2 MILLIARDS D’EUROS D’ÉCONOMIES EN 2020

Comme chaque année, l’Assurance maladie a publié en juillet dernier son rapport « Charges & Produits ». Une plate-forme de propositions pour l’année 2020, destinée à améliorer la qualité de soins et mieux maîtriser l’évolution des dépenses de santé. Objectif annoncé : plus de 2 milliards d’euros d’économies, dont 43 % proviendront des médicaments et des dispositifs médicaux.

La mécanique est désormais bien connue : le respect de l’objectif national des dépenses d’Assurance maladie (ONDAM), qui devrait augmenter de 2,3 % au cours des prochaines années, passe par d’ambitieux plans annuels d’économies et des actions ciblant en grande partie les habitudes de prescription des médecins. Sur les quelque 2 milliards d’euros d’économies prévues en 2020, 887 M€ devraient être réalisés grâce à un usage plus strict de certaines classes thérapeutiques (hypolipidémiants, anti-hypertenseurs, antalgiques, anti-inflammatoires, antidiabétiques, antibiotiques…) et le recours plus fréquent aux biosimilaires (près de 100 M€). La deuxième source d’économies la plus importante (715 M€) réside dans la rationalisation de certains actes et prescriptions, comme les transports sanitaires (160 M€), la biologie médicale et l’imagerie (238 M€), ainsi que certains soins paramédicaux (130 M€). Il est, par ailleurs, attendu une économie de 200 M€ grâce à la chirurgie ambulatoire et 220 M€ au titre de la lutte contre la fraude et les abus.

Lutter contre le gaspillage des médicaments et des dispositifs médicaux

Parallèlement à ces mesures ciblées, l’Assurance maladie prévoit de sensibiliser les médecins et les pharmaciens à la « délivrance raisonnée », un levier d’économies non négligeable qui représenteraient plusieurs centaines de millions d’euros. Sur le seul poste des pansements prescrits en sortie d’hospitalisation, il est prévu de réaliser en 2020 des économies de 75 M€, grâce à la limitation des durées de leurs prescriptions à 7 jours. Autres postes pour lesquels l’Assurance maladie appelle à une plus grande vigilance : les dispositifs médicaux et les matériels utilisés à domicile, comme les stylos et aiguilles à insuline, les sets de sondage et de perfusion, les compléments nutritionnels oraux… Enfin, les pharmaciens d’officine devraient aussi être mis à contribution, avec la limitation des durées d’écoulement des stocks en cas de modification des prix des médicaments. 30 M€ de dépenses devraient être ainsi évités en réduisant de 20 jours les durées actuellement admises.


Les dernières Études

NOUVEAUTÉ

L'observatoire des enseignes de pharmacies

Services, MDD, approche phygitale, expansion géographique… : comment les enseignes transforment le réseau officinal français

Etude en cours de réalisation

mars 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Les stratégies Patient-Centric et Beyond-the-pill de la Pharma et des…

Créer de la valeur grâce à des solutions intégrées : un impératif pour les industries de santé

Le phénomène de transition épidémiologique et le coût de plus en plus élevé des thérapies innovantes entraînent une augmentation inéluctable ...

février 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Thérapies numériques : vers une nouvelle catégorie de produits de san…

DTx, thérapies numériques, digiceutiques : que recouvrent ces solutions qui visent à combiner le meilleur du numérique et du médical pour offrir un nouveau mode de prise en charge ?

Le déploiement d’outils numériques au service de la santé est une tendance majeure depuis plusieurs années déjà. Mais si la ...

décembre 2019

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Le secteur français de la dialyse

Innovations médicales, digitalisation, baisse des tarifs…Quelles évolutions du modèle économique de prise en charge du patient dialysé ?

Ces dernières années ont été marquées par des évolutions peu favorables au secteur de la prise en charge de l’insuffisance ...

décembre 2019

Découvrir