YOUNGO, UN SERVICE DE TRANSPORT ÉLECTRIQUE POUR LES NUITS PARISIENNES
4 novembre, 2016 par
YOUNGO, UN SERVICE DE TRANSPORT ÉLECTRIQUE POUR LES NUITS PARISIENNES
Les Echos Etudes


Une solution à la fois écologique et solidaire est enfin disponible dans le transport de personnes.

Youngo propose aux fêtards parisiens un moyen de transport écologique tous les soirs du mercredi au dimanche. Originaires de Crosnes en Essonne, les trois fondateurs du service sont partis du constat qu’il est très compliqué de rentrer tard en banlieue, les transports en commun n’étant plus disponibles et les taxis refusant souvent d’aller au-delà de la petite couronne. Afin de lutter contre les risques de l’alcool au volant, ils ont donc lancé Youngo en janvier 2016, une application proposant des courses à un prix forfaitaire de 9,99 € en véhicules électriques. Les trajets sont, pour l’heure, uniquement disponibles dans Paris car les trois fondateurs sont les uniques chauffeurs. Ceux-ci ont toutefois annoncé l’extension du service aux villes de proche banlieue début 2017 puis, à terme, à la grande couronne, grâce à l’achat de nouveaux véhicules et au recrutement de chauffeurs VTC. Youngo prévoit également de faire appel à des jeunes en difficulté d’insertion en leur proposant une formation de « Capacité de transport de personnes » d’un mois, puis un CDD d’un an. Le service est, par ailleurs, agréé Entreprise solidaire d’utilité sociale et s’engage à réinvestir la majorité de ses bénéfices.

Pour gagner le cœur des parisiens, Youngo doit toutefois faire face à des concurrents de taille, à l’instar du géant américain Uber et de la société de Taxis G7 qui ont, eux aussi, lancé des services écologiques à Paris au printemps 2016, UberGreen et G7 Green, même si leurs flottes ne comprennent pas uniquement des véhicules électriques, mais également des hybrides. Le tarif forfaitaire ainsi que la disponibilité de l’application en 2G pourraient toutefois faire pencher la balance en faveur de la start-up.

YOUNGO, UN SERVICE DE TRANSPORT ÉLECTRIQUE POUR LES NUITS PARISIENNES
Les Echos Etudes 4 novembre, 2016
Partager ce poste
Archiver