RÉFORME DU MARCHÉ DES AUDIOPROTHÈSES : LES PREMIÈRES PISTES DE L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE
29 août, 2016 par
RÉFORME DU MARCHÉ DES AUDIOPROTHÈSES : LES PREMIÈRES PISTES DE L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE
CHARRONDIERE Hélène


Rendues publiques fin juillet, les préconisations issues de l’audit réalisé par l’Autorité de la Concurrence vont faire l’objet d’une vaste consultation publique dans les semaines qui viennent.

Lancé en février dernier, l’audit de l’Autorité de la Concurrence avait pour objectif d’analyser l’organisation de la filière auditive et les mécanismes de la concurrence sur ce marché particulièrement atomisé. Composée de quelque 3 065 audioprothésistes (chiffre de 2014), la distribution des audioprothèses est particulièrement dynamique avec, au cours de ces dix dernières années, une progression en moyenne de plus de 7 % par an du nombre de centres d’audioprothèses. Représentant environ 30 % de ce secteur, les indépendants hors enseignes font face à la concurrence des réseaux spécialisés (Audika, Amplifon, Audition mutualiste...) et des enseignes d’opticiens (Audio 2000, Optical Center, Afflelou...) qui développent depuis la fin des années 2000 des corners sous forme de succursales.

L’Autorité de la Concurrence ne remet pas en question cette organisation, dans la mesure où elle juge «  le maillage territorial [...] relativement satisfaisant ». Les auteurs du rapport d’étape précisent même « qu’il n’y a pas d’acteur en position dominante et que la structure du marché devrait favoriser la concurrence ». En revanche, ils pointent le taux d’équipement très insuffisant des malentendants, puisqu’on estime à un million le nombre de personnes malentendantes qui ne sont pas encore appareillées. Les freins à l’appareillage sont de nature psychologique et économique. Pour lever les obstacles liés au prix des audioprothèses et au reste à charge important pour les patients (1 000 € par oreille, soit 66 % du prix de vente et une dépense privée de 2 000 € pour un équipement binaural), l’Autorité de la Concurrence lance plusieurs pistes de réforme : relèvement du numerus clausus des audioprothésistes, remise en question des modalités de tarification forfaitaire par gamme, dissociation du prix de l’équipement et des prestations de suivi, recours à Internet pour faciliter l’information des patients, meilleur encadrement des prix par l’Assurance maladie, développement des réseaux de soins... Pour valider ces pistes, l’Autorité de la Concurrence a lancé une vaste consultation publique, ouverte aux fabricants, audioprothésistes, associations de consommateurs, associations de patients et syndicats professionnels… Ils sont invités à répondre à près de 50 questions jusqu'au 20 septembre prochain. Leurs réponses alimenteront le rapport final qui sera rendu public à la fin de l’année. 

RÉFORME DU MARCHÉ DES AUDIOPROTHÈSES : LES PREMIÈRES PISTES DE L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE
CHARRONDIERE Hélène 29 août, 2016
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver