PASSEPORT DE RENOVATION ENERGETIQUE : UNE DEUXIEME CONVENTION
7 septembre, 2016 par
PASSEPORT DE RENOVATION ENERGETIQUE : UNE DEUXIEME CONVENTION
Les Echos Etudes


Après Engie, c’est au tour de Direct Energie de tester ce nouveau dispositif conçu pour inciter les ménages à engager des travaux de rénovation énergétique.

L’État Français vient de signer avec Direct Energie une nouvelle convention pour expérimenter son « passeport de rénovation énergétique ». Entrée en vigueur ce 18 août, elle porte sur un programme d’accompagnement de 1 000 passeports d’ici fin 2017. Concrètement, ces passeports offrent aux ménages qui souhaitent procéder à la rénovation énergétique de leur logement, et entrant dans le périmètre de l’expérimentation, un diagnostic approfondi de la performance de leur habitation et une recommandation de travaux personnalisés avec simulation des résultats à attendre. Une condition néanmoins : que le logement soit construit avant le 1er janvier 2000 et situé dans un des territoires à énergie positive pour la croissance verte, partenaires de l’opération. Le fournisseur d’énergie, lui, finance l’opération et reçoit en contrepartie des certificats d’économie d’énergie (CEE). Ces certificats lui permettent de prouver qu’il respecte ses obligations en matière de lutte contre le réchauffement climatique, et lui évitent ainsi des pénalités financières. Ce nouveau programme vient s’ajouter à celui lancé avec Engie en novembre 2015 et qui a démarré le 1er janvier 2016. Il porte, lui aussi, sur la réalisation de 1 000 passeports d’ici fin 2017. En cas de succès de ces phases de test, le dispositif sera généralisé à partir de 2018 avec un objectif de 115 000 nouveaux passeports délivrés tous les ans.

Dernier né du gouvernement, le passeport de rénovation énergétique vient donc s’ajouter à la longue liste des dispositifs d’aides à l’amélioration de la performance énergétique des logements. Mais avec l’ambition de favoriser le passage à l’acte. Les ménages sont, en effet, encore trop hésitants dans leur prise de décision face à des retours sur investissement considérés comme longs et peu incitatifs au regard des prix de l’énergie et des dispositifs d’aide complexes. À l’inverse, le passeport de rénovation énergétique propose aux particuliers un unique interlocuteur (le « passeporteur ») pour les accompagner dans leur démarche, un suivi tout le long du processus et un engagement sur les résultats. Rendez-vous est pris fin 2017 pour voir si les ménages auront été sensibles à ces arguments…

PASSEPORT DE RENOVATION ENERGETIQUE : UNE DEUXIEME CONVENTION
Les Echos Etudes 7 septembre, 2016
Partager ce poste
Archiver