LES SERVICES DE LIVRAISON À DOMICILE SE MULTIPLIENT EN PHARMACIE
29 avril, 2020 par
LES SERVICES DE LIVRAISON À DOMICILE SE MULTIPLIENT EN PHARMACIE
CHARRONDIERE Hélène


Ce service est aujourd’hui proposé par des acteurs aussi divers que La Poste, La Croix-Rouge ou des start-up comme Minute Pharma ou Otzii.
La crise sanitaire va-t-elle permettre à la livraison à domicile de trouver son marché ? Jusqu’à il y a quelques semaines, ce service officinal était proposé de manière très hétérogène et plutôt limité, en raison d’un cadre règlementaire contraignant. Rappelons, en effet, que le code de déontologie autorise la pharmacie à facturer des honoraires pour ce service, à condition toutefois qu’il soit réalisé par le titulaire lui-même ou par un autre membre de l’équipe officinale, habilité et placé sous la responsabilité du titulaire. Une possibilité assortie néanmoins d’un certain nombre de restrictions : ce service ne doit pas être mis en place pour capter une clientèle (la livraison et la vente ne doivent pas être liées), il ne peut faire l’objet de publicité (sous peine de se rendre coupable de sollicitation de clientèle) et toute entente commerciale est interdite entre une pharmacie, un médecin ou un paramédical. L’Ordre des Pharmaciens a toujours été très prudent à l’égard des services payants de portage de médicaments, s’inquiétant de la sécurité de la dispensation sans échange ou accès au dossier pharmaceutique du patient, ainsi que du circuit logistique des médicaments ainsi délivrés.
Face à ce cadre très contraint, la plupart des pharmaciens ont renoncé à proposer la livraison à domicile, freinés par l’absence de modèle économique clair et la faible disposition à payer des patients. Ceux qui se sont lancés l’ont généralement fait avec l’appui de leur groupement ou enseigne, à l’instar de Pharmabest, l’un des tous premiers réseaux à avoir expérimenté et communiqué sur ce service. Lancée en 2017 en partenariat avec La Poste, la livraison à domicile (pharmabest@home) permet à des personnes traitées à domicile, ayant des difficultés ou étant dans l’impossibilité de se déplacer, de recevoir leurs médicaments prescrits par leur médecin. L’ensemble du service, qui inclut le transfert de l’ordonnance, le paiement de la prescription ou la gestion du tiers payant, ainsi que l’alerte sur le smartphone du facteur et l’appel téléphonique du pharmacien est facturé 7,90 €. D’autres réseaux ont depuis emboîté le pas, comme Giphar, Hello Pharmacie ou Aprium Pharmacie, lequel a lancé en novembre 2019 le service de livraison Aprium Express, en partenariat avec mesmedicamentschezmoi.com, plate-forme qui utilise la brique logistique du facteur et coursiers du Groupe La Poste (Stuart). On notera en passant qu’en quelques années, le groupe La Poste est devenu un acteur quasi incontournable de ce nouveau marché, grâce à son offre de portage de médicaments destinée à la fois aux pharmaciens (« Proxi Course Santé ») et aux patients (via mesmedicamentschezmoi.fr).

Le confinement démontre l’utilité de ce service
À l’heure où les déplacements sont limités et où la population déserte les lieux éventuels de contamination, la livraison à domicile de produits de santé présente une utilité évidente. Il s’agit même du service officinal actuellement le plus plébiscité par les Français, selon l’enquête réalisée ce mois-ci par l’IFOP pour le groupement PHR (« Le rôle et la place des pharmaciens dans la crise du coronavirus », menée auprès d’un échantillon de 1 007 personnes). 90 % des répondants se déclarent, en effet, favorables à la livraison de médicaments à domicile, devant la réalisation en officine de tests Covid-19 (88 %) et des TROD pour le dépistage de l’angine (81 %). Le contexte de crise sanitaire pousse donc les réseaux à remettre en avant ce service ou à se lancer, comme Pharmactiv qui a récemment annoncé un partenariat avec la start-up Minute Pharma (pour la région Île-de-France) et le groupe La Poste (pour le reste du territoire). Citons aussi la jeune société Otzii, présente dans quatre villes (Paris, Lyon, Nantes et Angers) ou la place de marché Phacil, qui travaille avec une cinquantaine de pharmacies et sous-traite la livraison à Minute Pharma. Autre acteur à proposer la livraison à domicile depuis le début de la crise sanitaire : la Croix-Rouge. Celle-ci assure ce service à titre gratuit, dans le cadre du dispositif de conciergerie solidaire « Croix-Rouge chez vous ». Il est conçu pour aider les officines débordées ou qui ne disposent pas de prestataire pour les livraisons, ainsi que les personnes isolées qui ne peuvent se déplacer, soit parce qu’elles sont contaminées par le Covid-19, souffrent d’une maladie invalidante ou d’un handicap qui les empêche de sortir, même brièvement.
On ne connaît pas encore le nombre de patients qui font régulièrement appel à la livraison de médicaments à domicile ou qui y ont recours depuis le début de l’épidémie. Dans la mesure où les pharmacies ne peuvent en faire la promotion, il est probable que le développement de ce service demeure très en deçà de son potentiel. Ses perspectives sont donc encore incertaines et l’avenir dira si ce service a finalement trouvé sa place dans les nouveaux usages apparus avec le confinement.

LES SERVICES DE LIVRAISON À DOMICILE SE MULTIPLIENT EN PHARMACIE
CHARRONDIERE Hélène 29 avril, 2020
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver