LES JOUETS ET LES LIVRES TIRENT LES MARCHES ENFANT VERS LE HAUT
Malgré la crise sanitaire liée au Covid-19, les marchés du jouet et de l’édition jeunesse ont vu leurs ventes progresser l’an dernier.
19 août, 2022 par
LES JOUETS ET LES LIVRES TIRENT LES MARCHES ENFANT VERS LE HAUT
LES ECHOS ETUDES


Réalisé par le magazine LSA*, un état des lieux des marchés de l’enfant démontre la belle dynamique des ventes de jouets et de livres au cours de l’année 2021.

3,8 Md€ de chiffre d’affaires pour les jouets !

Pour l’année 2021, le marché du jeu et du jouet affiche un chiffre d’affaires de 3,8 Md€, en progression de 6 % par rapport à l’année 2020 et de 9 % par rapport à 2019. Plus d’un tiers des ventes (36 %) ayant été effectué en ligne auprès des pure-players et des sites marchands des enseignes physiques. Et tous les circuits de vente, hormis les hypers/supermarchés dont le chiffre d’affaires est resté stable, ont bénéficié de cette belle dynamique. Ce sont les pure-players qui enregistrent la plus belle progression de chiffre d’affaires (12 %), suivis par les spécialistes du jouet (7 %).

Livres versus jeux vidéo

S’agissant des produits culturels enfant, ce sont les livres qui ont été mis à l’honneur en 2021. L’édition jeunesse enregistre, sur la période, un chiffre d’affaires de 687,8 M€, marqué par une progression de 15 % en valeur par rapport à l’année 2020 (de 17 % par rapport à 2019). Ce ne sont pas moins de 77,9 millions de livres qui ont été vendus (soit 12 % de plus qu’en 2020) au prix unitaire moyen de 8,80 €. Et figurent en tête des ventes, le fameux « Harry Potter à l’école des sorciers » (J.K. Rowling, Gallimard Jeunesse), suivi par « Jack et la grande aventure du cochon de Noël » (J.K. Rowling, Gallimard Jeunesse) et « Mortelle Adèle : les bêtises c’est maintenant ! » (Mr Tan, Bayard).

De leur côté, les jeux vidéo font grise mine, avec une baisse de chiffre d’affaires de 4 % par rapport à l’année 2020. Des jeux dont le prix unitaire moyen est demeuré stable entre 2020 et 2021, à 44,30 €.

Et les autres marchés ?

Les autres marchés enfant, à savoir l’alimentaire, le textile et la puériculture, sont restés plutôt stables en 2021. Dans le détail, le marché alimentaire accuse une légère diminution de chiffre d’affaires de 0,7 % (à début mai 2022 sur un an), qui touche tout particulièrement les produits frais (-2,8 % en valeur sur un an) et les boissons (-3,8 %). L’épicerie sucrée, elle, affiche une progression de l’ordre de 3 % en valeur sur un an. Quant au textile enfant, la progression du chiffre d’affaires constatée (13 % par rapport à 2020) profite essentiellement à l’habillement des 2-4 ans, avec, en moyenne, 192,20 € de dépenses annuelles par acheteur. Enfin, le marché de la puériculture a su s’adapter en valorisant son offre, avec une progression de chiffre d’affaires de 4 % en valeur (par rapport à 2020) et une diminution de 3 % en volume.

LES JOUETS ET LES LIVRES TIRENT LES MARCHES ENFANT VERS LE HAUT
LES ECHOS ETUDES 19 août, 2022
Partager ce poste
Archiver