LES CADRES FRANCILIENS REVENT DE LA PROVINCE
7 septembre, 2016 par
LES CADRES FRANCILIENS REVENT DE LA PROVINCE
Les Echos Etudes


À en croire un récent sondage, 80 % des cadres de la région parisienne envisagent de quitter Paris.

Une étude réalisée cet été par Cadremploi auprès d’un échantillon de 3 689 cadres franciliens fait apparaître une réelle envie de changer d’air. Ainsi 8 personnes interrogées sur 10 envisagent de quitter Paris et sa région. Un taux qui grimpe à 83 % chez les cadres supérieurs. 92 % des personnes interrogées souhaitent mettre en œuvre ce projet de départ dans les 5 ans à venir.

Un meilleur cadre de vie

À la question « Quelles sont les motivations qui expliquent ce choix ? », 88 % des cadres répondent : la recherche d’un meilleur cadre de vie, 64 % un nouvel équilibre vie pro/vie perso et 53 % le climat. Le prix de l’immobilier n’est cité qu’en 5e position par les personnes interrogées alors qu’il occupe la seconde place des motifs d’insatisfaction (57 %) présentés par les cadres franciliens. La première place revenant, sans surprise, au temps de transport domicile-travail (70 %). Parmi les autres difficultés dénoncées, apparaissent également l’environnement (55 %), le coût de la vie (55 %), le manque de proximité avec la nature (48 %) ou encore les problématiques de vie de famille, telle que les difficultés pour trouver une place en crèche ou des nourrices (21 %). Seules 19 % des personnes interrogées citent l’insécurité comme raison de quitter la capitale ou sa banlieue.

Niveau concessions à faire pour vivre leur rêve de province, les cadres franciliens se disent prêts à accepter une baisse de salaire (54 %), à entamer une reconversion professionnelle (48 %) ou encore à se contenter d’un niveau de poste moins élevé (36 %).

Bordeaux en point de mire

Avec 56 % des voix, Bordeaux arrive en tête des villes dans lesquelles les cadres franciliens aimeraient poser leurs valises. Viennent ensuite Lyon (42 %), Nantes (41 %), Toulouse (36 %) et Montpellier (30 %). Si le climat est le premier facteur de choix cité pour Bordeaux, Toulouse et Montpellier, Lyon séduit pour ses opportunités professionnelles et Nantes en raison de son dynamisme économique.

LES CADRES FRANCILIENS REVENT DE LA PROVINCE
Les Echos Etudes 7 septembre, 2016
Partager ce poste
Archiver