LE TRANSPORT MARITIME FRANÇAIS TENTE DE SE VERDIR
12 décembre, 2019 par
LE TRANSPORT MARITIME FRANÇAIS TENTE DE SE VERDIR
MEZIANI Hélène


Les engagements sont déjà là, les acteurs veulent maintenant s’associer pour trouver les leviers pour les respecter.

Les principaux acteurs du transport maritime et le gouvernement se sont retrouvés mardi 3 décembre 2019 à Montpellier pour les 15e Assises de la Mer. Ils en ont profité pour annoncer la formation d’une coalition qui aura pour objectif de trouver les leviers permettant de respecter les engagements de la profession de réduire de 50 % les émissions de gaz à effet de serre (par rapport à 2008). Un premier sommet pourrait avoir lieu à la fin du 1er semestre 2020. La veille, la cinquantaine d’adhérents d’Armateurs de France avaient déjà adopté une nouvelle Charte Bleue, prônant une attitude plus proactive à l’égard des émissions, la promotion de l’intermodalité avec les transports ferroviaires fluviaux et du report modal de la route vers la mer.

Pour rappel, le transport maritime est responsable d’environ 3 % des émissions de CO2 dans le monde, une proportion en hausse ces dernières années avec la croissance des échanges internationaux. Selon les estimations de l’Organisation maritime internationale (OMI), ce chiffre pourrait encore bondir dans les prochaines années si rien n’est fait. Le poids du transport maritime dans les émissions des particules fines est également considérable, le secteur utilisant massivement des fiouls lourds pour la propulsion. En 2018, l’OMI a pris des engagements importants de réduction des émissions de GES (50 %), mais le plan d’action tarde à être mis en place, à l’exception de la baisse du plafond du taux de souffre utilisé dans le carburant à 0,5 % en 2020. Il faut dire que dans l’état actuel des technologies, le transport maritime ne sait pas comment atteindre l’objectif de 50 % d’émissions en moins. Certains acteurs testent des carburants alternatifs, mais les coûts sont élevés et la durée de vie élevé des navires ralentit le renouvellement des flottes. La multiplicité des intervenants et des démarches compliquent, par ailleurs, la structuration de la filière sur un enjeu d’une telle ampleur.

LE TRANSPORT MARITIME FRANÇAIS TENTE DE SE VERDIR
MEZIANI Hélène 12 décembre, 2019
Partager ce poste
Archiver