LE SECTEUR AÉRIEN FACE À LA CULPABILITÉ DE PRENDRE L’AVION
29 août, 2019 par
LE SECTEUR AÉRIEN FACE À LA CULPABILITÉ DE PRENDRE L’AVION
MEZIANI Hélène


Plus de peur que de mal ? La honte de prendre l’avion augmente, mais a pour l’heure peu pesé sur le trafic aérien. Les compagnies s’inquiètent toutefois d’un impact possible sur les politiques publiques et sur les taxes applicables au transport aérien.

Stay Grounded, Flight Free ou encore Flying Less, les « no-fly movements » se multiplient dans le monde et prônent une réduction du trafic aérien, voire un abandon complet. Ils surfent sur l’essor d’un sentiment de culpabilité vis-à-vis des voyages en avion, compte tenu des émissions de CO2 liées. Les Suédois ont même créé un mot pour illustrer cette honte : flygskam.

Certes, le trafic aérien représente une part, en réalité faible, des émissions de gaz à effet de serre au niveau global : 1,5 % environ (même si l’impact serait en fait sous-estimé, ne prenant pas en compte des facteurs comme les trainées de condensation). Et les constructeurs développent des modèles de plus en plus économes en kérozène pour répondre aux contraintes économiques des compagnies. Mais, si l’on prend en compte le bilan carbone par passager, l’avion se place parmi les moyens de transport les plus polluants. Par ailleurs, 85 % des déplacements en avion sont liés aux loisirs. Enfin, le trafic aérien a progressé et continue pour l’heure de progresser très rapidement avec une hausse au niveau mondial d’environ 5 % par an.

Les compagnies aériennes doivent-elles s’inquiéter de ce phénomène ? Au journal Le Monde, le directeur général de l’Association internationale du transport aérien, Alexandre de Juniac, avait confirmé en juin des « inquiétudes face au flygskam ». Or, en Europe, le trafic aérien a ralenti au 1er semestre 2019, selon ACI Europe (+ 4,3 % contre + 6,7 % un an plus tôt). En Suède, il a même diminué début 2019, le trafic intérieur étant particulièrement touché. Mais, même si le pays scandinave est en quelque sorte le berceau des « no-fly movements », plusieurs facteurs conjoncturels expliquent mieux la baisse, comme la faillite d’une compagnie majeure, une grève importante et le ralentissement de l’économie suédoise.

Car les comportements de consommation évoluent lentement. En France, 35 % des personnes interrogées par l’ADEME déclaraient, par exemple, que ne plus prendre l’avion pour les loisirs était un objectif dont ils se sentaient incapables ou qui serait difficile à atteindre. Des initiatives existent : engagements des individus pour leurs voyages personnels ou d’entreprises pour les trajets professionnels, développement et promotion par certains spécialistes d’offres de voyages locaux… Mais elles pèsent peu aujourd’hui sur le trafic mondial.

Pour autant, le flygskam ne peut être ignoré par le secteur. Il pourrait avoir un impact à terme sur les lignes intérieures où la concurrence des trains est forte. Surtout, il pourrait avoir une influence sur les politiques publiques et favoriser l’instauration d’une taxation écologique qui pénaliserait le secteur (fin de l’exonération du kérozène de la taxe sur les carburants, par exemple).

LE SECTEUR AÉRIEN FACE À LA CULPABILITÉ DE PRENDRE L’AVION
MEZIANI Hélène 29 août, 2019
Partager ce poste
Archiver