LE MODÈLE COOPÉRATIF SÉDUIT LES ARTISANS DU BÂTIMENT
30 mai, 2016 par
LE MODÈLE COOPÉRATIF SÉDUIT LES ARTISANS DU BÂTIMENT
Les Echos Etudes


L’organisation en groupement permet de mutualiser les ressources et de jouer la carte de la complémentarité des métiers.

Dans un secteur hyper atomisé, constitué d’une multitude de TPE et micro-entreprises, les artisans sont de plus en plus nombreux à s’adosser à des groupements. Inspiré des coopératives agricoles, ce modèle a déjà conquis de nombreux secteurs comme l’optique ou la pharmacie. Dans le bâtiment, ce sont près de 200 structures de ce type qui ont déjà vu le jour. Elles sont spécialisées dans la construction neuve, la rénovation ou encore les marchés publics. Leur fonctionnement repose sur une organisation collaborative, associant des entreprises de corps de métier différents mais complémentaires. L’un des principaux intérêts de ces regroupements est de permettre à ces petits entrepreneurs de mutualiser certaines de leurs ressources notamment commerciales et marketing. Plus visibles, ils peuvent ainsi se positionner sur des marchés qu’ils n’auraient jamais pu décrocher seuls. Pour les clients et maîtres d’ouvrage, faire appel à des groupements permet de n’avoir qu’un seul interlocuteur et de bénéficier de certains services comme des offres de prêts préférentielles. En période économique tendue, et face à une concurrence de plus en plus vive, l’organisation en groupement offre donc une réponse intéressante aux professionnels du bâtiment. Et au vu des multiples défis qui attendent la profession, entre multiplication des réglementations en tout genre, révolution numérique et ubérisation de l’économie, leur succès ne devrait pas se démentir. Et si l’avenir de l’artisanat était collaboratif ?

LE MODÈLE COOPÉRATIF SÉDUIT LES ARTISANS DU BÂTIMENT
Les Echos Etudes 30 mai, 2016
Partager ce poste
Archiver