LE FRET AÉRIEN BAT DES RECORDS
27 mai, 2021 par
LE FRET AÉRIEN BAT DES RECORDS
MEZIANI Hélène


Le transport de marchandises dans les airs profite à la fois de la bonne orientation du commerce international et des difficultés dans le transport maritime. Le faible niveau du transport passagers pénalise toutefois le fret aérien en réduisant les capacités disponibles.

Selon les chiffres de l’IATA (Association internationale du transport aérien), les volumes transportés par le transport aérien ont dépassé en mars 2021 leur niveau d’avant-crise mais, surtout, ont atteint un pic historique à 23,7 milliards de tonnes-kilomètres. La demande est ainsi très dynamique, progressant de 4,4 % par rapport à mars 2019 (+9,2 % en février par rapport à 2 ans plus tôt).

Des résultats en trompe-l’oeil

Pourtant, la capacité mondiale de transport est actuellement en train de se reconstituer et est encore aujourd’hui inférieure à son niveau de 2019 (-11,7 % en mars). Une situation logique car une grande partie du fret aérien est transporté dans des avions de passagers. Or, le trafic sur ce segment s’est effondré et peine encore à se redresser. Ce sont les avions cargo qui font aujourd’hui, partiellement, le relais. En effet, leur capacité a augmenté de 20,6 % par rapport à mars 2019 tandis que celle des avions passagers a diminué de 38,4 %.

Le dynamisme de l’activité, malgré la sous-capacité, s’explique par une conjoncture économique mondiale favorable selon l’IATA – le commerce international a progressé pour le 9e mois consécutif en mars – mais également par la congestion à laquelle le transport maritime, lui aussi en sous-capacité, fait face.

LE FRET AÉRIEN BAT DES RECORDS
MEZIANI Hélène 27 mai, 2021
Partager ce poste
Archiver