LA GUERRE EN UKRAINE POURRAIT COUTER UN POINT DE CROISSANCE AU MONDE
Selon les prévisions de l'OCDE, le conflit entre la Russie et l'Ukraine devrait entraîner la perte de 1,08 point de croissance du PIB mondial et un surplus de 2,47 points d'inflation en 2022.
12 avril, 2022 par
LA GUERRE EN UKRAINE POURRAIT COUTER UN POINT DE CROISSANCE AU MONDE
LES ECHOS ETUDES


La guerre en Ukraine n’aura pas que des incidences économiques en Europe. Selon les dernières prévisions de l’OCDE, le conflit pourrait avoir un impact de -1,08 point sur le taux de croissance mondiale attendu en 2022. Avant le déclenchement des hostilités, l’OCDE tablait sur une hausse du PIB mondial de 4,5 % en 2022 et de 3,2 % en 2023. Sans surprise, c’est la zone euro, avec un impact de -1,4 point de croissance, qui, dans l’OCDE, serait la plus touchée. De leur côté, les États-Unis devraient voir la hausse de leur PIB amputée de 0,88 point en 2022 et l’ensemble des pays de l’OCDE de 0,99 point.

Une forte pression inflationniste
L’Ukraine et la Russie sont des producteurs majeurs de matières premières, notamment de pétrole, de gaz, d’acier, de métaux rares ou encore de blé. Leur retrait, même partiel, des échanges internationaux, s’est dont immédiatement traduit par une hausse de l’inflation. Sur l’année 2022, l’OCDE estime l’impact à 2,47 points à l’échelle de la planète, de +2,03 points sur la zone euro, de +1,98 point dans l’ensemble de l’OCDE et de +1,36 point aux États-Unis. Lors des premières semaines de mars 2022, les cours mondiaux du pétrole s’étaient déjà relevés de 33 %, ceux du charbon de 80 %, ceux du blé de 90 % et ceux des engrais de 30 %, précisent les analystes de l’OCDE.

Le conflit pourrait aussi avoir « des répercussions à plus long terme, notamment des pressions exercées en faveur d’une augmentation des dépenses de défense, une modification de la structure des marchés de l’énergie, une fragmentation potentielle des systèmes de paiement et une modification de la composition en devises des réserves de change. Une nouvelle division du monde en blocs séparés par des barrières entraînerait la perte de certains des gains tirés de la spécialisation, des économies d’échelle ainsi que de la diffusion des informations et des savoir-faire », estime l’OCDE.

Pour aller plus loin, découvrez nos étude du secteur économie durable et responsable.
LA GUERRE EN UKRAINE POURRAIT COUTER UN POINT DE CROISSANCE AU MONDE
LES ECHOS ETUDES 12 avril, 2022
Partager ce poste
Archiver