LA FRANCE COMPTE DESORMAIS 68 MILLIONS D'HABITANTS
Malgré un nombre de décès à la hausse et une baisse du taux de fécondité, la population française a légèrement augmenté en 2021. L'espérance de vie s'inscrit en recul par rapport à 2019.
25 janvier, 2023 par
LA FRANCE COMPTE DESORMAIS 68 MILLIONS D'HABITANTS
LES ECHOS ETUDES


Selon les derniers chiffres publiés par l’Insee, notre pays comptait, au 1er janvier, 68 043 000 habitants. 65,8 millions en France métropolitaine et 2,2 millions en outre-mer. Une population en quasi-stagnation (+0,3 %) par rapport à 2022. Cette faible croissance s’explique par un solde naturel (différence entre les naissances et les décès) de seulement +56 000 habitants, un plus bas depuis la fin de la seconde guerre mondiale. « Le solde migratoire est quant à lui estimé provisoirement à +161 000 personnes. Il contribuerait ainsi pour près des trois quarts à la hausse de la population », précisent les auteurs de l’étude.

Une natalité à la peine
723 000 enfants sont nés en France en 2022, soit 19 000 de moins qu’en 2021. Un chiffre qui décroît de manière continue ces dernières années. « Le nombre de naissances dépend à la fois du nombre de femmes en âge de procréer et de leur fécondité. La population féminine de 20 à 40 ans, âges où les femmes sont les plus fécondes, marque un palier depuis 2016. Les évolutions récentes s’expliquent donc principalement par l’évolution de la fécondité », insiste l’Insee. Pour rappel, 758 600 naissances furent enregistrées dans notre pays en 2018 alors qu’on en comptait plus de 830 000 en 2010.

Quant à l’indice de fécondité, égal à 2 enfants par femme en 2012, il plafonne à 1,8 en 2022. Une baisse qui permet néanmoins à la France de rester en tête des pays européens en termes de fécondité.

L’espérance de vie stagne
Les femmes nées en 2022 ont une espérance de vie de 85,2 ans et les hommes de 79,3 ans. Par rapport à 2021, la situation des femmes reste inchangée et celle des hommes n’évolue qu’à la marge (+0,1 an d’espérance de vie).

Cette espérance de vie élevée combinée au ralentissement des naissances se traduit par une sur-représentation des plus de 65 ans. L’Insee note ainsi que cette classe d’âge représente désormais 21,3 % de la population. En 2002, elle ne représentait que 16 % des Français. Dans le même temps, les moins de 20 ans qui comptaient pour 25,5 % de la population il y a 20 ans, voient leurs poids se réduire au fil des années (24,6 % en 2012 et 23,5 % en 2022). La base de notre pyramide des âges s’évase de plus en plus, signe que la population de notre pays vieillit.

LA FRANCE COMPTE DESORMAIS 68 MILLIONS D'HABITANTS
LES ECHOS ETUDES 25 janvier, 2023
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver