[INTERVIEW] REINVENTER LES MOTEURS THERMIQUES GRACE A L'HYDROGENE
Produire des moteurs à combustion à hydrogène permettrait d'allier puissance et écologie. Un pari que tente de relever Vision Automobiles. Interview de Florian Gravouil, son cofondateur.
22 juillet, 2022 par
[INTERVIEW] REINVENTER LES MOTEURS THERMIQUES GRACE A L'HYDROGENE
LES ECHOS ETUDES


Produire des moteurs à combustion à hydrogène permettrait d’allier puissance et écologie. Un pari que tente de relever Vision Automobiles. Quel a été votre parcours avant de créer Vision Automobiles ?

Florian Gravouil : après avoir décroché un DUT et une licence professionnelle Génie mécanique et productique, j’ai rejoint le groupe Renault pendant un an. Ensuite, j’ai été recruté par une société de conseils et de services travaillant pour des grands constructeurs dans laquelle j’ai démarré comme concepteur pour, 5 ans plus tard, me voir confier la responsabilité d’une équipe internationale de son bureau d’études.

Qu’est-ce qui vous a amené à créer votre entreprise ?

F. G. : rapidement, après quelques années de pratique professionnelle, j’ai eu envie d’aventure, de changement, de sortir de ma zone de confort. C’était le moment de concrétiser le rêve que nous avions de créer notre société. Le constat était le suivant : nous constations que le tout électrique semblait devenir la solution unique à tous les problèmes et tous les usages, ce qui est bien évidement faux. Nous avons en France un savoir-faire et les ressources permettant de proposer une solution complémentaire aux moteurs électriques, ultra adapté pour des usages fortes puissances, et qui participerait à l’implémentation du mix énergétique de demain.
C’est en partant de ce constat que nous avons choisi cette voie précurseur qu’est la combustion d’hydrogène.

Qui vous accompagne dans cette aventure ?

F. G. : aujourd’hui, nous sommes 4 cofondateurs qui réunissent des compétences en design, en communication et en ingénierie. Notre directeur technique Stéphane Richard opère en tant que chercheur spécialiste combustion, Thomas Dufourd en tant que business manager, et Martin Chatelier, designer industriel et ingénieur intégration.
En tout, notre équipe se compose d’une dizaine de personnes professionnelles et expérimentées.
Nous sommes également accompagnés par une société motoriste de renom : Akira technologie. Ils nous assistent sur notre premier démonstrateur, avec une phase d’usinage et de test sur banc d’essais. Nous travaillons également avec l’IFP School, qui nous met à disposition chaque année 3 élèves ingénieurs, qui travaillent sur des sujets d’optimisation et de simulation.
Nous sommes conscients de pouvoir bénéficier d’un véritable savoir-faire français en la matière, que nous souhaitons également mettre en valeur à travers ce projet complet.

Quelle est votre démarche ?

F. G. : nous voulons d’abord démontrer que les moteurs thermiques, pour peu qu’ils utilisent des carburants gazeux non issus de matières premières fossiles, ont de l’avenir. Nous travaillons donc depuis plus d’un an à la mise au point d’un moteur à combustion alimenté par de l’hydrogène. C’est une technologie beaucoup plus simple et moins onéreuse que ne l’est celle de la pile à combustible, qui transforme l’hydrogène en électricité. En outre, comparé à un moteur électrique à batteries, nos études montrent qu’à puissance égale, notre moteur thermique à hydrogène émettrait 30 % de moins de gaz à effet de serre sur son cycle de vie. Contrairement à ce que trop de gens pensent, le thermique peut être moins polluant que l’électrique. Le constat est encore plus flagrant en ce qui concerne le poids : fini les 800 kg de batteries embarquées, les moteurs à combustion d’hydrogène sont aussi légers et faciles à produire que les moteurs thermiques actuels. Nous réduisons donc par 3 les masses embarquées, ce qui participe également à une réduction de consommation.

Vous avez également pour ambition de produire une hypercar ?

F. G. : elle s’appelle Vision 1789. C’est une hypercar inspirée par les prototypes des 24 heures du Mans, et dessinée par mon associé et designer, Martin Chatelier. Véritable outil de communication, nous ne souhaitons pas la produire à court terme, mais s’en servir comme vitrine pour promouvoir notre technologie de motorisation hydrogène. Si le projet Tech venait à être une réussite, nous pourrions envisager de concrétiser ce projet industriel de production de véhicule. Par ailleurs, quelques clients potentiels ont émis le souhait de précommander Vision 1789.

Quelle est la suite du projet ?

F. G. : nous sommes en train de créer la structure qui portera la partie motorisation - Vision Technology - et nous préparons notre premier démonstrateur monocylindre, qui sera opérationnel pour cette fin d’année 2022. Dès 2023, nous entamerons le développement de notre moteur multicylindre, qui sera industrialisable et proposé à la vente en 2025. D’ici là, nous aurons fait de la démonstration dynamique, en intégrant un moteur en phase de prototype, dans un véhicule à usage sportif, voire de compétition.

Que recherchez-vous aujourd’hui ?

F. G. : l’industrie automobile est très capitalistique. Aussi, nous avons des besoins de financement. Nous sommes d’ailleurs en train de boucler un tour de table destiné à assurer la construction de notre premier démonstrateur de moteur hydrogène. Une nouvelle levée de fonds à hauteur de 5 M€ est également prévue en 2023 pour permettre la poursuite du développement moteur, dans sa version multicylindre. Idéalement, dans quelques années, nous serons leader et précurseur des solutions de motorisation à combustion innovantes, à destination du marché automobile et sport automobile. À l’instar de la marque RIMAC avec les motorisations électriques, nous serions heureux, sur le long terme, de proposer des véhicules sportifs et d’exception, embarquant l’ensemble de nos savoir-faire, à l’image de Vision 1789.

Fiche d’identité
Dénomination : Vision Automobiles
Activité : motoriste, constructeur automobile
Création : 2016
Effectif : 10 personnes
Web : https://visionautomobiles.com
[INTERVIEW] REINVENTER LES MOTEURS THERMIQUES GRACE A L'HYDROGENE
LES ECHOS ETUDES 22 juillet, 2022
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver