ICADE RÉSISTE MIEUX À LA CRISE QUE PRÉVU
2 novembre, 2020 par
ICADE RÉSISTE MIEUX À LA CRISE QUE PRÉVU
BERVILY Elodie


Lors de la présentation de ses résultats du troisième trimestre 2020, la foncière a affiché un certain optimisme face aux effets de la crise sur ses activités.

C’est un bilan plutôt satisfaisant que le groupe Icade a présenté à ses investisseurs le 22 octobre dernier. Avec une baisse de chiffre d’affaires limitée à 3,9 % au troisième trimestre, la foncière estime avoir « fortement limité les effets de la crise sur l’exercice 2020 », selon les termes de son PDG Olivier Wigniolle. Cette résilience tient surtout à de belles performances de ses activités dans la santé. Ses revenus locatifs issus des maisons de retraite et cliniques privées ont, en effet, progressé de 14,8 % sur le trimestre. Cette forte hausse reflète en grande partie des acquisitions du groupe en France comme à l’international, mais la dynamique reste positive même en dehors de cet effet périmètre (+1,9 %). Il faut dire que le secteur de la santé est assez peu impacté financièrement par la crise. La foncière a ainsi collecté la quasi-totalité de ses revenus du deuxième trimestre et plus de 96 % de ceux du troisième trimestre.

La promotion plus impactée

Les activités dans le tertiaire, pourtant bien plus dépendantes des effets économiques de la crise sanitaire, ont également bien résisté. Grâce à un portefeuille constitué essentiellement de grands groupes, de sociétés cotées, et d’agences publiques, Icade se dit peu exposée au risque d’impayés. Les revenus locatifs des bureaux et parcs d’affaires ont ainsi augmenté de 4,5 % sur le trimestre et 2,1 % à périmètre constant.
En revanche, l’activité de promotion a beaucoup plus souffert. Le gel des autorisations de délivrance de permis de construire et l’arrêt de la plupart des chantiers au printemps ont fortement pesé sur son chiffre d’affaires, en baisse de 15 % par rapport au 3e trimestre 2019. Même si les cessions en bloc de logements à des investisseurs institutionnels, notamment auprès de CDC Habitat, ont permis d’amortir quelque peu la baisse brutale des ventes aux particuliers, le bilan reste lourd. Sans ces retards de livraisons, la foncière estime que son activité de promotion aurait dû afficher une croissance de 21 % au 3e trimestre.
Icade reste néanmoins optimiste pour la fin de l’année. Le groupe a revu à la baisse les effets de la crise sur son exercice, anticipant un impact sur sa trésorerie de 30 M€ contre 50 M€ en juillet. Mais c’était sans compter sur un nouveau confinement de la population qui vient bousculer ce scénario

ICADE RÉSISTE MIEUX À LA CRISE QUE PRÉVU
BERVILY Elodie 2 novembre, 2020
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver