Définition du facilities management
26 juillet, 2001 par
Définition du facilities management
Les Echos Etudes


Apparu aux États-Unis dans les années 60, le facilities management, littéralement la gestion technique des installations, ne concernait au départ que le secteur informatique. Sous l’impulsion du Royaume-Uni, le facilites management se développe en Europe, dans sa forme actuelle, depuis les années 90. Le démantèlement de la Public Service Agency (PSA), gestionnaire du patrimoine public, a ouvert la voie aux premiers marchés en Private Finance Initiative (PFI) permettant aux collectivités locales de confier à une entreprise privée l’entretien et la maintenance de leurs locaux. Le facilities management est une activité relativement nouvelle et encore peu structurée qui couvre une large gamme de prestations. La définition la plus restrictive limite le facilities management à des « activités liées aux services, à la maintenance, à la gestion technique et administrative des ensembles immobiliers, quelles qu’en soient la nature et la destination » selon le Sypemi (syndicat professionnel des entreprises de multiservices immobilier et de facilities management). Néanmoins, le champ d’intervention du facilities management a évolué vers d’autres fonctions de l’entreprise. Il répond plus globalement au phénomène d’externalisation de fonctions périphériques d’une entreprise c’est-à-dire la délégation à un prestataire extérieur de la gestion d’activités ne faisant pas partie de son coeur de métier. Par conséquent, une définition plus large attribut au facilities management « le management global, cohérent et raisonné de tout ce qui constitue l’environnement de l’entreprise et de ses acteurs, mettant en cause des secteurs divers, tels que : la gestion et l’entretien du patrimoine immobilier, des équipements et des réseaux, les fonctions logistiques et supports » (ABD Research Institute). Se distinguant de la simple sous-traitance, le facilities management implique :
• l’externalisation d’une activité auparavant assumée par l’entreprise en interne aux moyens de ressources propres ;
• le transfert d’actifs et/ou de ressources notamment humaines, de l’entreprise vers le prestataire de services ;
• un véritable partenariat entre l’entreprise et le prestataire axé sur des engagements de résultats et formalisé par un contrat de long terme (minimum deux ans).
En fonction des secteurs d’intervention, le facilities management peut prendre diverses appellations : la gestion déléguée pour les services généraux, l’infogérance dans le secteur informatique, le multi-utilities pour les services énergétiques et environnementaux, et plus globalement l’externalisation de services ou outsourcing. Le facilities management couvre un spectre de services très large allant d’activités à forte valeur ajoutée comme l’infogérance jusqu'à des activités à faible marge comme le nettoyage.
Activité externalisée depuis longtemps par les entreprises, la gestion technique constitue de ce fait le segment historique du facilities management. Moins anciens, les services généraux n’en restent pas moins un segment important dans la mesure où ces activités sont largement externalisées. Enfin, une offre de services plus proches du coeur de métier des firmes comme le marketing ou la finance commence à apparaître.

Définition du facilities management
Les Echos Etudes 26 juillet, 2001
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver