BOURBON EN ATTENTE
30 mai, 2016 par
BOURBON EN ATTENTE
Les Echos Etudes


Le groupe Bourbon n’a pas réussi à lever les fonds nécessaires à son développement dans les méthaniers.

Le 29 mars dernier, le transporteur français Bourbon présentait un projet ambitieux basé sur le développement d’une nouvelle activité de transport gazier (éthane). Avec un baril sous la barre symbolique des 40 dollars et un commerce mondial en panne sèche, le groupe se montrait alors très optimiste dans un marché du transport maritime en plein marasme.

Le projet consistait à acquérir les activités du leader mondial du transport d’éthane, Jaccar Holdings et ses 17 navires dédiés au transport de gaz pour 320 millions de dollars. Le groupe aurait alors capté plus de 50 % des parts d’un marché qui devrait croître fortement dans les prochaines années. En plus des navires, le transporteur français devait prendre le contrôle de l’affréteur Evergas et de 80 % de JHW, une société chinoise de construction de méthaniers. Ce virage stratégique avait pour but de positionner Bourbon sur le marché porteur des exportations de gaz de schiste des États-Unis à l’horizon 2022-2025. Le transporteur souhaitait donc s’engager dans un plan de développement par diversification concentrique de très long terme.

Pour réaliser ce projet, le groupe de services maritimes avait obtenu de ses actionnaires un crédit vendeur de 100 millions de dollars à taux zéro et devait négocier un crédit-relais de plus de 220 millions de dollars avec ses banques, le temps de revendre les 17 navires achetés à Jaccar Holdings pour ne les conserver qu’en location longue durée. Malheureusement pour Bourbon, ce montage ambitieux n’a pas convaincu et ce, malgré l’importance des liquidités présentes actuellement sur les marchés. En effet, outre la situation générale de la chute des cours sur le transport maritime, Bourbon a vu le taux d’utilisation de ses bateaux perdre près de 10 points en un an à un peu moins de 70 %, générant des pertes pour le transporteur sur l’exercice 2015. Le groupe avait pourtant anticipé la tendance en tablant sur un point bas de l’activité au second semestre 2016, ce qui n’a malheureusement pas suffi à donner confiance aux investisseurs qui ont manifestement tablé, de leur côté, sur une baisse tendancielle et durable du transport maritime mondial.

BOURBON EN ATTENTE
Les Echos Etudes 30 mai, 2016
Partager ce poste
Archiver