BIOMÉRIEUX SIGNE UN PREMIER SEMESTRE MEILLEUR QU’ANTICIPÉ
La demande mondiale de réactifs pour les tests antigéniques et PCR continue de porter les résultats du groupe. La profitabilité s’envole, malgré un ralentissement de l’activité en Amérique du Nord.
15 septembre, 2021 par
BIOMÉRIEUX SIGNE UN PREMIER SEMESTRE MEILLEUR QU’ANTICIPÉ
CHARRONDIERE Hélène

BioMérieux fait mieux que prévu. En avril dernier, le laboratoire spécialisé dans le diagnostic in vitro anticipait une croissance organique de 10 % de son activité sur les 6 premiers mois de l’année. C’est finalement une hausse de 12,3 %, qui a été annoncée au moment de la publication des résultats semestriels le 1er septembre dernier. En tenant compte des effets de change, la variation est ramenée à 6,6 % sur la période, pour un chiffre d’affaires de 1,57 Md€.

Malgré cet impact négatif, la performance reste plus qu’honorable. Elle a été, en grande partie, alimentée par une forte croissance de la branche immunoessais, en hausse de 29 % sur le semestre. Il faut y voir les effets de la crise sanitaire bien sûr, qui a dopé les ventes de réactifs pour les tests antigéniques, mais pas seulement, note le laboratoire dans son communiqué. Les paramètres de routine et les ventes d’instruments sont également au plus haut.

Bond du bénéfice net

Seule la division biologie moléculaire, le cœur d’activité du groupe, affiche des ventes en recul de 3,4 % sur les 6 premiers mois de l’année, à 538,3 M€. La forte demande mondiale de panels respiratoires BioFire, utilisés pour le diagnostic du Covid-19 (tests PCR), a permis de compenser le ralentissement observé sur le territoire nord-américain, où le chiffre d’affaires a diminué de près de 6 % sur la période. À l’inverse, la croissance en Asie-Pacifique a été particulièrement vive (+25 % au 1er semestre toutes activités confondues), portée notamment par les bons résultats de la gamme Biofire au Japon.

Si la croissance des ventes a été au rendez-vous, la hausse du bénéfice est, elle, assez spectaculaire. Le résultat net du groupe a atteint 277 M€ au 1er semestre, en progression de 60 % sur un an. Autre bonne nouvelle, l’endettement net a été ramené à 32 M€ au 30 juin 2021, contre 92 M€ au 31 décembre 2020.

BIOMÉRIEUX SIGNE UN PREMIER SEMESTRE MEILLEUR QU’ANTICIPÉ
CHARRONDIERE Hélène 15 septembre, 2021
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver