6E ÉDITION DE L’OBSERVATOIRE DES PROFESSIONS LIBÉRALES DE SANTÉ : UNE SITUATION CONTRASTÉE
10 mai, 2017 par
6E ÉDITION DE L’OBSERVATOIRE DES PROFESSIONS LIBÉRALES DE SANTÉ : UNE SITUATION CONTRASTÉE
CHARRONDIERE Hélène

Des acteurs de santé fiers d’exercer leur métier, mais inquiets pour leur avenir.
La société CVM Mediforce du groupe BNP Paribas interroge chaque année, depuis 2011, les professionnels de santé libéraux sur la perception de leur environnement socio-économique. L’enquête, réalisée auprès de 495 biologistes, chirurgiens-dentistes, infirmiers, kinésithérapeutes-ostéopathes, médecins généralistes, pharmaciens, radiologues et vétérinaires, donne une image ambivalente des acteurs libéraux de la santé.
Concernant l’appréciation de la situation générale de leur profession, la tendance est à peu près la même, quel que soit le métier, et a peu évolué depuis la création de l’observatoire : plutôt morose. La situation est encore moins réjouissante lorsqu’ils témoignent de leur vision du futur. Les chirurgiens-dentistes (3,6/10), les biologistes (3,7/10), mais aussi les médecins généralistes et les pharmaciens (tous deux à 3,8/10) sont les plus pessimistes. Les arguments avancés ne sont pas nouveaux : manque de perspectives dans leur métier, détérioration des conditions de travail, déséquilibres entre vie professionnelle et vie personnelle, entre charge de travail et rémunération.
Mais l’enquête montre aussi que les professionnels de santé libéraux ne se résignent pas au statu quo. Interrogés sur le mode d’exercice qu’ils souhaiteraient adopter dans les années à venir s’ils avaient la possibilité d’en changer, 44 % citent le mode d’exercice regroupé et 19 % le salariat. Sans parler du déconventionnement auquel la moitié d’entre eux se déclarent « ouverts ».
Enfin, l’enquête met en lumière ce qui permet à tous ces professionnels d’affronter les mutations du modèle libéral : leur vocation. 87 % d’entre eux affirment, en effet, leur fierté d’exercer, 80 % se déclarent satisfaits de leur travail et 81 % considèrent qu’ils apportent une contribution utile à la société. Ce qu’ils identifient clairement comme l’une de leurs principales sources d’épanouissement.

6E ÉDITION DE L’OBSERVATOIRE DES PROFESSIONS LIBÉRALES DE SANTÉ : UNE SITUATION CONTRASTÉE
CHARRONDIERE Hélène 10 mai, 2017
Partager ce poste
Étiquettes
Archiver