DEPENSES PUBLIQUES : PLUS POUR LES RETRAITES ET MOINS POUR L'EDUCATION
En raison du vieillissement de la population, les dépenses de santé et de financement des retraites ont vu leur part s'accroître dans les dépenses publiques françaises depuis 1995. Celles consacrées à l'éducation ont, en revanche, baissées.
8 janvier, 2024 par
DEPENSES PUBLIQUES : PLUS POUR LES RETRAITES ET MOINS POUR L'EDUCATION
LES ECHOS ETUDES

Crédit photo : Eleganza

Dans sa dernière note publiée sur le site Fipeco, François Ecalle, ancien magistrat de la Cour des comptes, s’est penché sur la structure de la dépense publique et son évolution sur les dernières décennies. À cette fin, il a comparé ce que la collectivité nationale faisait de 1 000 € d’argent public en 1995 à ce qu’elle en a fait en 2022.

Une hausse des charges de protection sociale

En 1995, comme en 2022, la protection sociale mobilise plus de la moitié de ces 1 000 € de dépense publique. Un poste de dépense qui, en 27 ans, s’est accru de plus de 8 %, passant de 519 à 563 €. Cette inflation s’explique par la hausse de 10 % du coût des retraites et de 16 % des charges de santé et de prise en charge de l’invalidité. Des chiffres qui traduisent le vieillissement de la population : entre 1995 et 2022, la proportion des plus de 60 ans, selon l’Insee, est ainsi passée de 19,6 à 27,5 %, surclassant les moins de 20 ans qui ne représentent plus que 23,5 % des habitants contre 26,4 % en 1995.

Un changement démographique qui s’est accompagné d’une baisse de 10 % des dépenses de la branche famille (48 € en 1995 contre 37 € en 2022) et de 14 % des dépenses d’enseignement (enseignement primaire, secondaire et supérieur). Ce qui fait dire à François Ecalle, interrogé par Les Echos, que la France doit gérer « un problème structurel d’affectation de la dépense, qui ne prépare pas assez le futur ». Et de proposer, comme piste, une désindexation partielle par rapport à l’inflation du niveau des retraites. Une mesure qui « ferait sens et même figure de justice au vu des choix faits par le gouvernement pour sa réforme des retraites », insiste l’ancien magistrat de la Cour des comptes.

Utilisation des 1 000 € de dépense publique

Secteurs de dépenses
19952022
Protection sociale, dont
519563
- Vieillesse
224247
- Santé et invalidité
180209
- Famille4837
- Chômage
3229
- Exclusion sociale
1623
- Aides au logement
1714
Aides à la pierre et équipements collectifs
1621
Enseignement
10590
Loisir, sport et culture
1825
Protection environnement
1119
Soutien économique
107116
Sécurité et justice
2730
Défense
4667
Services généraux
7667
Recherche
125
Intérêt de la dette
6434
Total dépenses
10001000

Copyright : Les Echos Publishing


DEPENSES PUBLIQUES : PLUS POUR LES RETRAITES ET MOINS POUR L'EDUCATION
LES ECHOS ETUDES 8 janvier, 2024
Partager ce poste
Archiver