DES CHANGEMENTS POUR LA FISCALITÉ DES VÉHICULES

DES CHANGEMENTS POUR LA FISCALITÉ DES VÉHICULES

La taxe sur les véhicules de sociétés ainsi que le malus automobile font l’objet de plusieurs aménagements.

L’an dernier, la fiscalité des véhicules a fait l’objet d’une importante réforme, laquelle se poursuit cette année dans la loi de finances pour 2021.

Remaniement de la taxe sur les véhicules de sociétés

La taxe sur les véhicules de sociétés (TVS) est égale à la somme de deux composantes. Dans la plupart des cas, la première est fonction du taux d’émission de CO2 en g/km du véhicule. La seconde dépend du carburant utilisé et de l’année de première mise en circulation du véhicule. Pour la TVS due au titre de 2021, à verser en janvier 2022, le barème de la première composante est modifié pour les véhicules relevant du nouveau dispositif d’immatriculation. L’ancien barème par tranche est ainsi remplacé par un barème établi à partir du nombre exact de grammes de CO2/km émis par le véhicule.

À noter : les véhicules qui relèvent du « nouveau dispositif d’immatriculation » tiennent compte de la méthode européenne de détermination des émissions de CO2, baptisée WLTP (Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures).

Par ailleurs, à compter de 2022, la première et la seconde composante de la TVS seront remplacées par deux taxes annuelles, respectivement une taxe sur les émissions de CO2 et une taxe relative aux émissions de polluants atmosphériques, dites « taxes à l’utilisation ». Un aménagement qui ne devrait toutefois pas modifier les redevables de ces taxes.

Durcissement du malus auto

Le nouveau malus automobile, qui devait entrer en vigueur à compter du 1er janvier 2021, est alourdi sur 3 ans. Ainsi, il se déclenche à partir d’un taux de CO2 de 133 g/km en 2021, de 128 g/km en 2022 et de 123 g/km en 2023, contre 138 g/km en 2020. La dernière tranche du barème s’applique, quant à elle, au-delà d’un taux de CO2 de 218 g/km pour un tarif de 30 000 € en 2021, de 223 g/km pour 40 000 € en 2022 et de 225 g/km pour 50 000 € en 2023, au lieu de 212 g/km pour un tarif de 20 000 € en 2020.

À noter : le barème qui dépend de la puissance administrative du véhicule est, lui aussi, renforcé.

En revanche, le malus frappant les véhicules dont la première immatriculation intervient à compter du 1er janvier 2022 sera limité à 50 % de leur prix d’acquisition.

Rappel : le malus auto regroupe la taxe sur les véhicules d’occasion, la taxe sur les véhicules puissants, le malus à l’achat et le malus annuel.

Un malus « au poids »

À partir de 2022, un malus lié au poids du véhicule s’ajoutera au malus automobile. Son tarif est, en principe, fixé à 10 €/kg pour la fraction du poids excédant 1,8 T. Sachant que le cumul des deux taxes ne peut pas excéder le tarif maximal du malus auto.


Les dernières Études

Le marché du véhicule connecté

Réalité du marché actuel, perspectives futures, investissements et business models : quelles stratégies des acteurs de l’industrie automobile pour le déploiement du véhicule connecté ?

Renforcement de la sécurité routière, réglementation environnementale, nouvelles motorisations… : les conditions de mobilité évoluent et les performances routières des ...

septembre 2020

Découvrir

REMISE EXCEPTIONNELLE

La distribution automobile : un modèle en pleine mutation

Nouvelles technologies, nouvelles attentes des consommateurs, nouvelle répartition de la valeur : risques et opportunités pour chaque segment de la chaîne

Le durcissement des règles environnementales contraint les constructeurs à tout mettre en œuvre pour faire adopter le véhicule électrique à ...

mars 2020

Découvrir

Assurer la mobilité

Evolution de la demande, adaptation de l'offre et nouvelles concurrences : de l'assurance automobile à l'assurance de la mobilité

Les habitudes de consommation et de mobilité des Français évoluent.

février 2020

Découvrir

Le transport urbain aérien de passagers : scénarios de développement …

Les coulisses de l'Urban Air Mobility : technologie, coûts, réglementation, marchés potentiels - étapes franchies et restant à franchir pour voir émerger le marché du « taxi volant »

« Des villes de plus en plus congestionnées », « des technologies de batteries prometteuses », « une mobilité urbaine ...

décembre 2019

Découvrir