L’OPTIQUE « HORS LES MURS » : UN PHÉNOMÈNE QUI PREND DE L’AMPLEUR

L’OPTIQUE « HORS LES MURS » : UN PHÉNOMÈNE QUI PREND DE L’AMPLEUR

De plus en plus d’opticiens vont à la rencontre de leurs clients et se déplacent à domicile, en entreprise, dans les Ehpad… Signe que la profession souhaite développer la dimension servicielle de son métier.

Ce n’est encore qu’une tendance émergente, mais la multiplication des initiatives et la création de nouvelles sociétés se positionnant sur ce nouveau créneau le confirment : l’optique délocalisée ou « hors les murs » constitue une évolution réelle du secteur de l’optique, qui devrait se confirmer dans les années à venir. À la fois pour répondre aux nouveaux usages de consommation, au manque de temps des actifs urbains et aux besoins de prise en charge des personnes âgées qui ont parfois du mal à se déplacer pour se rendre en magasin. La loi de santé de 2019 concourt pour partie à ce phénomène puisqu’elle permet d’expérimenter sur 3 ans, dans 4 régions, les examens de réfraction en Ehpad. Il est, en effet, démontré que 40 % des personnes âgées de plus de 78 ans portent des lunettes non adaptées à leur vue. Or, de même que pour les troubles de l’audition, une vue déficiente et mal corrigée a des effets délétères sur la santé d’une personne âgée, avec des répercussions qui peuvent être importantes sur sa qualité de vie et son autonomie. Plus de 600 000 personnes âgées résident actuellement en Ehpad et 1,4 million vivent à leur domicile. Une population importante, en croissance régulière, pour laquelle les ordonnances et examens en optique datent souvent de plus de 3 ans… Les opticiens ont donc un intérêt évident à aller à sa rencontre et même d’élargir cette démarche aux autres formes d’hébergement (résidences seniors, foyers logements…). C’est celle de Gwenaël Merlio, qui a créé en 2013 L’Opticien qui bouge, un réseau d’opticiens exerçant dans une quinzaine de départements et qui se déplacent dans un périmètre de 40 à 50 km autour de leur magasin. Ils réalisent des contrôles de la vue, apportent des conseils en matière d’équipements et peuvent procéder à de petites réparations. Leur offre se compose de 300 montures et les lunettes sont livrées dans un délai de 10 jours. Autre exemple : celui des Opticiens Mobiles, société créée en 2014 par Matthieu Gerber, un ancien d’Essilor. Il compte actuellement une centaine d’opticiens mobiles et en vise 400 afin de couvrir l’ensemble du territoire national. Le réseau intervient sur les lieux de vie et de travail des actifs, ainsi que sur ceux des personnes fragiles (grand âge, en perte d’autonomie et en situation de handicap).
Autre exemple intéressant : l’initiative du fabricant de verres Novacel, qui propose depuis 2018 un service destiné à pallier le nombre insuffisant d’ophtalmologistes dans les déserts médicaux. Il est gratuit et consiste à mettre à disposition d’opticiens volontaires un camion équipé et itinérant, qui permet de réaliser des tests de détection visuelle et des examens. Le concept remporte un tel succès que la société va bientôt mettre en circulation un deuxième camion.

Une voie de diversification pour les enseignes de l’optique
Les grands réseaux sous enseigne investissent aussi ces nouveaux services. C’est notamment le cas d’Optic 2000 qui propose des rendez-vous de prévention et des visites d’opticiens en entreprise. Ces derniers peuvent proposer des lunettes de sécurité aux salariés qui sont exposés à des risques professionnels, présenter des équipements (montures et verres) et apporter des conseils en visagisme. Les opticiens sous enseigne Optic 2000 peuvent aussi se rendre en Ephad afin d’adapter les équipements des personnes âgées et sensibiliser les personnels soignants à la nécessité de faire de la prévention auprès des résidents.
Autre initiative d’optique en entreprise : celle portée par Gan Eurocourtage et l’enseigne Lunettes Pour Tous. Dans le cadre d’une journée dédiée, chaque salarié peut bénéficier gratuitement d’un test de vue et d’une prescription. La prestation de Lunettes Pour Tous comprend la réalisation de contrôles visuels. Si le besoin de correction est avéré, le salarié choisit parmi une centaine de montures et peut être livré directement dans son entreprise en 72h, via Chronopost. Grâce à ce service, l’enseigne compte réaliser 2 000 à 3 000 paires de lunettes supplémentaires par mois. Le service est opérationnel à compter du 1er janvier 2020 pour toute nouvelle entreprise cliente de Gan Eurocourtage (minimum de 200 salariés ou plus sur site). L’intérêt de ce dernier est de se positionner comme partenaire de ses courtiers en leur proposant un nouveau service à valeur ajoutée destiné aux chefs d’entreprise, DRH et salariés. L’objectif est de répondre à un besoin clairement identifié (améliorer la prise en charge des troubles de la vue des salariés), rapidement (éviter de se rendre chez un ophtalmologiste ou dans un magasin d’optique) et à un coût limité (l’optique représente 25 % du coût d’un contrat d’assurance santé).
Dans un contexte de grandes incertitudes quant à l’impact du « 100 % santé » sur le marché de l’optique, les opticiens ont intérêt à diversifier leurs activités et approfondir cette dimension servicielle. Nul doute que d’autres enseignes d’optique vont rapidement emboîter le pas des acteurs qui se sont déjà lancés.

Pour aller plus loin découvrez notre étude sur les nouveaux modèles économiques de l'optique


Les dernières Études

NOUVEAUTÉ

L'observatoire des enseignes de pharmacies

Services, MDD, approche phygitale, expansion géographique… : comment les enseignes transforment le réseau officinal français

Etude en cours de réalisation

mars 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Thérapies numériques : vers une nouvelle catégorie de produits de san…

DTx, thérapies numériques, digiceutiques : que recouvrent ces solutions qui visent à combiner le meilleur du numérique et du médical pour offrir un nouveau mode de prise en charge ?

Le déploiement d’outils numériques au service de la santé est une tendance majeure depuis plusieurs années déjà. Mais si la ...

février 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Smart Healthy Cities

La santé à l’heure des territoires numériques, de l’intelligence artificielle et du Big Data

A l’heure de la digitalisation, les territoires sont impactés par les déclinaisons de l’innovation technologique. Le numérique contribue à la ...

février 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Les stratégies des GAFAM et des BigTech dans la santé

IA, IoT, MedTech, EHR, robotique, e-commerce : comment ces nouveaux acteurs envisagent-ils de révolutionner l'organisation et le financement des soins ?

Ces dernières années ont été marquées par la multiplication des initiatives stratégiques émanant des acteurs leaders de l’économique numérique et ...

décembre 2019

Découvrir