LE RAPPORT ITALIEN SUR LA LIGNE FERROVIAIRE LYON-TURIN CONCLUT À UNE RENTABILITÉ TRÈS NÉGATIVE

LE RAPPORT ITALIEN SUR LA LIGNE FERROVIAIRE LYON-TURIN CONCLUT À UNE RENTABILITÉ TRÈS NÉGATIVE

Un nouvel épisode dans l’histoire mouvementée du projet ou une conclusion définitive ?

Comme attendu, le groupe d’experts mandaté par le Gouvernement italien a remis en cause le projet, concluant à une rentabilité très négative à l’horizon 2059. Il avance ainsi des pertes d’environ 7 Mds€ sur 40 ans : 7,9 Mds€ d’investissements « à finir » et de coûts de gestion, un impact négatif de quasiment 500 M€ pour le transport de marchandises, y compris le manque à gagner de l’État en taxes sur le carburant et la baisse des péages autoroutiers, et un impact positif de 1,3 Md€ pour le transport de personnes.

Réuni par le gouvernement de coalition pour trancher sur le projet et entre les deux partis au pouvoir, le M5S farouchement opposé à la ligne et la Ligue qui est favorable, ce groupe d’experts avait rapidement été critiqué car il réunissait principalement des opposants notoires au projet.

Quel futur désormais pour ce projet ? Le rapport italien doit servir de base pour redémarrer les discussions entre les autorités françaises et italiennes. Toutefois, dans un contexte diplomatique tendu entre les deux pays, l’avenir est très incertain. Côté italien, les divergences demeurent au sein de la coalition gouvernementale. Deux jours avant l’annonce des conclusions du rapport, Matteo Salvini, ministre de l’Intérieur, avait d’ailleurs réitéré son soutien à la ligne Lyon-Turin, rappelant notamment les 50 000 emplois que celle-ci devrait générer. Même si les opposants restent nombreux, la France s’est, de son côté, engagée à « [honorer] ses engagements européens » dans le cadre de ce projet. À la suite de la publication du rapport, le Gouvernement français a enjoint ses homologues italiens à prendre une décision. Car la Commission européenne, très attachée à ce projet qui doit favoriser le report du fret de la route vers le ferroviaire, a mis la pression sur les deux États membres, menaçant de demander le remboursement de tout ou partie des subventions versées en cas d’abandon du projet. La ligne ferroviaire Lyon-Turin est, en effet, financée à 40 % par l’Union européenne.

Pour aller plus loin, découvrez notre étude sur les nouveaux défis de la mobilité urbaine.


Les dernières Études

INCLUS LES IMPACTS DE LA CRISE

Le marché et les perspectives du e-commerce alimentaire

Comment répondre aux enjeux et capter le potentiel du marché suite à la forte accélération liée à la crise ?

En France, dans un contexte plutôt morose pour la grande distribution (déconsommation ; difficultés de l’hypermarché ; annonce de suppressions ...

mai 2020

Découvrir

Le marché français du transport sanitaire

Course à la taille, nouveaux entrants, digitalisation, pression tarifaire, évolution des prises en charge médicales, réorganisations hospitalières… Quels nouveaux modèles économiques pour le secteur de la mobilité sanitaire ?

Dynamisés par le vieillissement de la population, la forte prévalence des maladies chroniques, mais aussi le développement de nouvelles prises ...

novembre 2019

Découvrir

Logistique urbaine : enjeux et opportunités de croissance

Premier et dernier kilomètre, « dernier mètre », prestations logistiques mutualisées… de nouveaux marchés à capter

Dans un monde de plus en plus globalisé, les technologies ont paradoxalement favorisé une aspiration des consommateurs à davantage de ...

octobre 2019

Découvrir

Digitalisation des services logistiques

Logistics As A Service, Logistics To One : comment les technologies transforment la chaîne de valeur de la logistique et créent de nouveaux marchés

L’accélération des innovations technologiques a transformé les usages des services logistiques au cours des dernières années.

mars 2019

Découvrir