LES PETITS MAGASINS D’ALIMENTATION GÉNÉRALE FONT DE LA RÉSISTANCE

LES PETITS MAGASINS D’ALIMENTATION GÉNÉRALE FONT DE LA RÉSISTANCE

La FCGA vient de publier les résultats de l’activité des TPE du commerce pour le 3e trimestre 2018. Presque tous les secteurs sont en recul. Avec les primeurs et les cavistes, les épiceries traditionnelles font figure d’exception.

Les supérettes et les épiceries traditionnelles ont enregistré une hausse de leur activité de 2 % au cours du 3e trimestre 2018, selon les dernières données de l’Observatoire de la petite entreprise réalisé par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA). Une très belle performance puisqu’il s’agit de la deuxième plus forte hausse de l’ensemble du secteur du petit commerce de détail alimentaire, derrière les marchands de fruits et de légumes qui réalisent un excellent trimestre avec des ventes en progression de 6 %. Les petits magasins d’alimentation générale prouvent ainsi, depuis déjà 2 ans, leur résistance face aux supérettes sous enseigne et aux nouveaux magasins de proximité de la grande distribution. Selon les experts de la FCGA, les clés du succès des épiceries traditionnelles tiennent avant tout au développement d’une offre plus qualitative et à plus forte valeur ajoutée qu’auparavant.

Les autres secteurs à la peine

Les cavistes, de leur côté, s’en sortent également plutôt bien, avec une croissance de leurs ventes de près de 1 % sur la période. Mais tous les autres secteurs du petit commerce alimentaire sont en baisse. Ce sont les poissonniers, les crémiers et les bouchers qui enregistrent les moins bonnes performances, avec des baisses comprises entre 2 et 4 %. Plus globalement, les petits commerces de bouche sont à la peine, avec une baisse moyenne de leur activité, tous secteurs confondus, de 0,6 % au cours du 3e trimestre 2018.

Et les nouvelles sont en encore moins réjouissantes du côté des petits commerces spécialisés dans l’équipement de la personne où les ventes sont en recul de près de 6 %, tirées vers le bas par les mauvaises performances des magasins de vêtements pour enfant qui ont vu leur chiffre d’affaires s’effondrer de plus de 9 %, tout comme les marchands de chaussures (-7 %). L’équipement de la maison est également à la peine avec des ventes en retrait de 2,4 % en moyenne.

Découvrez notre étude de marché sur les enseignes alimentaires de proximité de la grande distribution. 


Les dernières Études

NOUVEAUTÉ

Le marché français de la santé et du bien-être au naturel

Phytothérapie, aromathérapie, probiotiques, homéopathie… Dynamique et perspectives du marché du selfcare au naturel

Alors que les ventes de médicaments OTC sont en recul, les marchés de la naturalité enregistrent de fortes progressions à ...

septembre 2019

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Stratégies des IAA et enseignes face aux enjeux de la transition alim…

Comment tirer parti des nouvelles exigences des consommateurs ? Quelles perspectives à l’horizon 2025 pour les marchés des produits sains (bio, végétal,…) ?

La refonte de notre système alimentaire est devenue indispensable compte tenu de ses lourds impacts sur la santé et la ...

juin 2019

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Quel renouveau pour le marché de l’immobilier commercial ?

Transformation des modèles et création de nouvelles sources de valeur : perspectives du marché de l’immobilier de commerces à horizon 2025

Le e-commerce, l’instabilité économique, l’évolution de l’urbanisme, la reconfiguration des territoires et la multiplicité des formats de commerce physique, ont ...

juin 2019

Découvrir

Réinventer le crédit à la consommation

Quels impacts des nouvelles tendances de consommation sur l’offre des banques et des distributeurs ?

Le marché français du crédit à la consommation progresse à un rythme soutenu depuis plusieurs années. Si bien que la ...

décembre 2018

Découvrir