LES PETITS MAGASINS D’ALIMENTATION GÉNÉRALE FONT DE LA RÉSISTANCE

LES PETITS MAGASINS D’ALIMENTATION GÉNÉRALE FONT DE LA RÉSISTANCE

La FCGA vient de publier les résultats de l’activité des TPE du commerce pour le 3e trimestre 2018. Presque tous les secteurs sont en recul. Avec les primeurs et les cavistes, les épiceries traditionnelles font figure d’exception.

Les supérettes et les épiceries traditionnelles ont enregistré une hausse de leur activité de 2 % au cours du 3e trimestre 2018, selon les dernières données de l’Observatoire de la petite entreprise réalisé par la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA). Une très belle performance puisqu’il s’agit de la deuxième plus forte hausse de l’ensemble du secteur du petit commerce de détail alimentaire, derrière les marchands de fruits et de légumes qui réalisent un excellent trimestre avec des ventes en progression de 6 %. Les petits magasins d’alimentation générale prouvent ainsi, depuis déjà 2 ans, leur résistance face aux supérettes sous enseigne et aux nouveaux magasins de proximité de la grande distribution. Selon les experts de la FCGA, les clés du succès des épiceries traditionnelles tiennent avant tout au développement d’une offre plus qualitative et à plus forte valeur ajoutée qu’auparavant.

Les autres secteurs à la peine

Les cavistes, de leur côté, s’en sortent également plutôt bien, avec une croissance de leurs ventes de près de 1 % sur la période. Mais tous les autres secteurs du petit commerce alimentaire sont en baisse. Ce sont les poissonniers, les crémiers et les bouchers qui enregistrent les moins bonnes performances, avec des baisses comprises entre 2 et 4 %. Plus globalement, les petits commerces de bouche sont à la peine, avec une baisse moyenne de leur activité, tous secteurs confondus, de 0,6 % au cours du 3e trimestre 2018.

Et les nouvelles sont en encore moins réjouissantes du côté des petits commerces spécialisés dans l’équipement de la personne où les ventes sont en recul de près de 6 %, tirées vers le bas par les mauvaises performances des magasins de vêtements pour enfant qui ont vu leur chiffre d’affaires s’effondrer de plus de 9 %, tout comme les marchands de chaussures (-7 %). L’équipement de la maison est également à la peine avec des ventes en retrait de 2,4 % en moyenne.

Découvrez notre étude de marché sur les enseignes alimentaires de proximité de la grande distribution. 


Les dernières Études

INCLUS LES IMPACTS DE LA CRISE

Le marché de l’animal de compagnie

Chiffres exclusifs et détaillés des ventes par circuit, par famille d’animaux et univers de consommation, issus d’un panel distributeurs sorties de caisse

Après un point bas en 2017, le marché des animaux de compagnie accélère sa progression depuis 2 ans.

juin 2020

Découvrir

INCLUS LES IMPACTS DE LA CRISE

Le marché du jardin amateur

L’étude la plus complète pour connaître en détail les tendances de consommation et préparer la relance

L’année 2019 a été un excellent millésime pour le marché du jardin.

juin 2020

Découvrir

INCLUS LES IMPACTS DE LA CRISE

Le marché de la décoration d’intérieur

Comment profiter de la croissance du marché ?

Une étude à la fois stratégique et opérationnelle pour disposer d'une vision précise de l'offre actuelle et compléter votre connaissance ...

juin 2020

Découvrir

INCLUS LES IMPACTS DE LA CRISE

Le marché et les perspectives du e-commerce alimentaire

Comment répondre aux enjeux et capter le potentiel du marché suite à la forte accélération liée à la crise ?

En France, dans un contexte plutôt morose pour la grande distribution (déconsommation ; difficultés de l’hypermarché ; annonce de suppressions ...

mai 2020

Découvrir