DÉMOGRAPHIE OFFICINALE : 1 100 PHARMACIES DE MOINS EN DIX ANS

DÉMOGRAPHIE OFFICINALE : 1 100 PHARMACIES DE MOINS EN DIX ANS

Le dernier Atlas démographique de l’Ordre des pharmaciens confirme les tendances à la baisse du nombre d’officines et de pharmaciens inscrits à la section A.
Si le nombre global de pharmaciens inscrits à l’Ordre se maintient aux alentours de 74 440, les différentes sections ont en revanche connu en 2016 des évolutions contrastées, confirmant la perte d’attractivité des filières de la pharmacie et de la biologie médicale. Avec respectivement -1 % et -1,6 % par rapport à 2015, les nombres d’inscrits dans ces deux professions poursuivent leur repli, alors que les effectifs des sections B (pharmaciens de l’industrie) et H (pharmaciens exerçant en établissement de soins) sont en augmentation (+2,4 % et +1,9 %).
En nombre de points de vente, le réseau officinal poursuit aussi sa tendance baissière, avec -188 officines sur l’année 2016. Soit sur dix ans, une « perte » de 1 158 pharmacies (-115 en moyenne annuelle). Face à cette évolution, l’analyse du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens se veut rassurante, mettant en avant la restructuration du réseau, au travers des transferts et des regroupements de licences (45 % des fermetures) et des liquidations judiciaires (55 %). Sans que cette restructuration ne dégrade toutefois le service pharmaceutique auprès des populations et ne fasse apparaître des « déserts pharmaceutiques » comme il en existe au niveau médical. Rappelons en effet que parmi les pays d’Europe de l’Ouest, la France se distingue par la densité élevée de son réseau, avec en moyenne près de 3 000 habitants par pharmacie, contre plus de 3 300 en Italie, 3 900 en Allemagne et plus de 5 500 au Royaume-Uni.
La situation actuelle du réseau officinal confirme ainsi le diagnostic posé par l’IGAS fin 2016 (dans son rapport sur « La répartition du réseau des pharmacies d’officine »), selon lequel la quasi-totalité de la population française (97 % exactement) vit à moins de 10 minutes en voiture d’une pharmacie et que plus de 90 % des officines sont actuellement situées dans des zones en « surdensité officinale ». Les rapporteurs de l’Inspection générale des Affaires sociales considèrent donc que le maillage actuel est globalement adapté aux évolutions démographiques et à la réorganisation de l’offre de soins sur les territoires.


Les dernières Études

NOUVEAUTE

Pharmacie d'officine à l'ère du digital

L’innovation en pharmacie pour optimiser la relation patient et ré-enchanter l’expérience client

Depuis l’édition précédente de cette étude en 2015, force est de constater que la pharmacie d’officine n’a pas fait sa ...

août 2017

Découvrir

Nouveauté

Le marché et la distribution des compléments alimentaires

Quels leviers pour bénéficier à plein de la reprise du marché ?

En 2017, le marché des compléments alimentaires est très bien orienté. Les ventes ont repris de la vigueur depuis plusieurs ...

juillet 2017

Découvrir

Nouveauté

Les nouvelles organisations de la médecine de ville

Parcours de soins, MSP et santé connectée

Poursuivre le virage ambulatoire, renforcer les moyens alloués à la prévention primaire, lutter contre les déserts médicaux, favoriser l'exercice pluriprofessionnel...

juillet 2017

Découvrir

Nouveauté

La distribution pharmaceutique en Europe

Globalisation des organisations et transformation digital : les nouveau défis des grossistes répartiteurs et des pharmaciens d'officine

Le secteur de la distribution pharmaceutique poursuit depuis plusieurs années un double mouvement de concentration horizontale (rachat du groupe Celesio ...

juillet 2017

Découvrir