PARCOURS DE SANTÉ VISUELLE : UNE NOUVELLE ORGANISATION SE MET EN PLACE

PARCOURS DE SANTÉ VISUELLE : UNE NOUVELLE ORGANISATION SE MET EN PLACE

Les opticiens-lunetiers voient leurs prérogatives élargies, sous certaines conditions, à l’adaptation et au renouvellement des prescriptions médicales.

Fin 2015, les premiers États généraux de la santé visuelle avaient proposé la mise en place de coopérations interprofessionnelles et la constitution d’équipes pluridisciplinaires composées d’opticiens, orthoptistes et ophtalmologues. Objectif : permettre à ces derniers de libérer du temps médical pour qu’ils puissent se concentrer sur la prise en charge des pathologies oculaires chroniques, en déléguant aux autres professionnels de la filière certains actes comme la mesure de l’acuité visuelle et les examens de réfraction.

Mobilisée autour de cet objectif, la profession vient de franchir un pas important. Le décret du 12 octobre 2016, pris en application de la loi de modernisation du système de santé, modifie profondément les conditions d’exercice des opticiens-lunetiers en leur octroyant de nouveaux droits. Ils sont dorénavant habilités à adapter les prescriptions médicales des verres correcteurs et des lentilles de contact correctrices, dans le cadre d’un renouvellement de délivrance et après réalisation d’un examen de la réfraction. Et en cas d’urgence (perte ou bris de verres correcteurs), ils peuvent délivrer un nouvel équipement sans ordonnance médicale. Les examens de réfraction doivent toutefois être réalisés dans un espace adapté, afin de garantir de bonnes conditions d’isolement phonique et visuel.

Reconnaissance de la dimension « professionnel de santé » des opticiens

L’exercice de ces nouveaux droits devrait faciliter l’accès aux soins visuels, qui tend depuis plusieurs années à se dégrader pour des raisons à la fois financières, géographiques(1) et démographiques (le nombre d’ophtalmologues est actuellement inférieur à 4 500). Ces nouvelles prérogatives devraient aussi permettre aux opticiens d’être mieux reconnus en tant que professionnels de santé. D’après une enquête réalisée en septembre 2016 par le cabinet d’études Audirep, seulement 17 % des opticiens interrogés pensent que leurs clients les considèrent comme des spécialistes de la santé visuelle... Modifier l’image mercantile de la profession est l’autre enjeu majeur de cette réforme.

(1) 10 à 15 % de la population française renonce aux soins optiques faute de moyens ou de couverture santé suffisante, et les délais de consultation peuvent atteindre 12 mois dans certains départements comme la Picardie et la Franche-Comté.


Les dernières Études

NOUVEAUTÉ

Les nouveaux modèles de la pharmacie d’officine, édition 2020

Impact de la crise de la Covid-19, nouveaux services pharmaceutiques, transformation numérique et montée en puissance des enseignes

Engagées il y a une dizaine d’années avec la loi HPST et la convention pharmaceutique de 2012, les mutations de ...

décembre 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Télémédecine et télésoin : quelles perspectives face à la crise sanit…

L’épidémie de Covid-19 va-t-elle durablement modifier les usages et les pratiques des patients et des professionnels de santé ?

Présentée il y a un an par le ministère de la Santé, la feuille de route « Accélérer le virage ...

décembre 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ

La distribution des produits alimentaires bio en France

Quelle redistribution des cartes entre circuits et enseignes, quelles stratégies gagnantes pour capter la croissance de demain ?

Le marché français des produits bio poursuit son essor exceptionnel.

septembre 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ

Le renouveau des business models de la beauté

Nouvelles marques, nouveaux concepts, nouveaux circuits, nouvelles promesses, nouveaux usages, … : penser la beauté de demain

Après un inéluctable « trou d’air » en 2020 imputable au COVID-19, le marché de la beauté devrait renouer rapidement ...

septembre 2020

Découvrir