Les nouvelles organisations de la médecine de ville

Les nouvelles organisations de la médecine de ville

Parcours de soins, MSP et santé connectée

À partir de 2 950 € HT

Publiée en août 2017

Fiche technique

Tarif

À partir de 2 950 € HT


Redigée en français
Publiée en août 2017
300 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Hélène CHARRONDIERE

Une étude pour :

  • Dresser un bilan des réformes mises en place depuis la loi HPST : virage ambulatoire, parcours de soins, transferts de compétences, télémédecine en ambulatoire...
  • Identifier les leviers et les freins à l’exercice de la médecine groupée et au développement des structures de soins coordonnés
  • Comprendre l’écosystème du parcours de soins connecté, son organisation et ses enjeux
  • Anticiper la réorganisation de la médecine de ville à horizon 10 ans

La médecine de ville face aux enjeux de la transition épidémiologique et de la désertification médicale 

Poursuivre le virage ambulatoire, renforcer les moyens alloués à la prévention primaire, lutter contre les déserts médicaux, favoriser l’exercice pluriprofessionnel... Ces axes clés des politiques de santé mises en place depuis la loi HPST visent à relever les trois grands défis que la médecine de ville doit aujourd’hui relever : pallier les déséquilibres de la démographie médicale, améliorer la prise en charge des pathologies chroniques et rendre l’organisation des soins plus efficiente grâce au développement de la santé connectée.

L’exercice médical groupé et plus particulièrement les maisons de santé pluridisciplinaires s’affirment comme une réponse privilégiée à l’augmentation des zones sous-médicalisées. Car malgré les différentes mesures prises au cours de ces dernières années, la désertification médicale ne cesse de s’aggraver. Toutes spécialités confondues, plus de 80 départements font face depuis dix ans à une baisse de la densité médicale. En conséquence, les délais d’attente pour obtenir une consultation ne cessent de s’allonger. Deux Français sur trois renonceraient à des soins en raison des délais d'attente trop longs, contre 60 % il y a cinq ans.

                                                                             

Comment relever ces défis à l’heure où les autorités de santé souhaitent organiser une « médecine de parcours » autour des équipes ambulatoires ?

Peu adaptée à cette organisation en parcours de soins, la médecine de ville est appelée à se réformer en profondeur, et ce dans un contexte économique contraint. Cette réorganisation implique :

  • La constitution d’équipes pluridisciplinaires englobant à la fois la prévention, le sanitaire et le médico-social, ainsi que la création de protocoles définissant les pratiques avancées et permettant les délégations de taches entre professionnels de santé (MG/pharmaciens/infirmières, ophtalmologistes/opticiens...),
  • Le renforcement des soins de proximité pour réduire les coûts des hospitalisations et des ré-hospitalisations évitables,
  • Le déploiement des solutions de santé connectée pour lutter contre les actes inutiles et les ruptures de soins. La généralisation des objets connectés, le téléconseil médical, la téléconsultation et la télé-expertise devraient en effet générer d’importantes économies, en réduisant le recours aux urgences hospitalières et en favorisant de nouveaux comportements de prévention. 

Méthodologie

Cette étude a été réalisée à partir d’une dizaine d’entretiens approfondis menés auprès de professionnels de santé exerçant en MSP, d’institutionnels et de représentants de patients. Ces entretiens ont été complétés par des recherches documentaires approfondies sur les évolutions de notre système de santé et les politiques mises en œuvre pour réformer l’organisation des soins de premiers recours en France et dans cinq pays étrangers (Etats-Unis, Royaume-Uni, Allemagne et Pays-Bas).

Le consultant en charge de l’étude : Christophe Orlandini

Economiste et consultant spécialiste du secteur de la santé

Christophe Orlandini bénéficie d’une expérience de plus de quinze ans en tant que chargé d’études à l’INPES, chef de projet au Département de l’Évaluation et du Marketing de la CNAMTS, puis responsable de la cellule économique au Département des Professions de santé. Il a notamment travaillé sur la mise en place de Tabac Info Service, ainsi que sur la promotion de nouveaux services développés par l’Assurance-maladie auprès des assurés et des professionnels de santé.

 

Les dernières études

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Marché mondial des souliers de luxe

Quelle redistribution des cartes pour un marché en mutation ?

Décembre 2017

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Certificats d’économies d’énergie : la 4e période change la donne

Comment les obligés et délégataires vont-ils adapter leurs stratégies de production de CEE aux nouveaux objectifs?

Décembre 2017

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

Smart building : l’heure du décollage a sonné

Objets connectés, stockage, blockchain, … quelles solutions innovantes pour l’industrie du bâtiment ?

Décembre 2017

Découvrir

NOUVEAUTE
Les Echos Études

Défis et perspectives de l'hôpital public

Regroupement et mutualisation via les GHT, objectifs de marge brute malgré de fortes contraintes financières, réorganisation du travail, mutation dig…

Décembre 2017

Découvrir