Les perspectives du marché des objets connectés dans la santé

Les perspectives du marché des objets connectés dans la santé

Quelles perspectives de croissance à l’horizon 2020 ?

À partir de 2 950 € HT

Publiée en septembre 2016

Fiche technique

Tarif

À partir de 2 950 € HT


Redigée en français
Publiée en septembre 2016
150 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Hélène CHARRONDIERE

Expert du secteur
Digital - Numérique

Une étude pour

  • Comprendre l’écosystème du parcours de soins connecté, son organisation et ses enjeux
  • Evaluer le marché potentiel des objets connectés à vocation médicale
  • Identifier les acteurs qui investissent ce nouveau marché : fabricants de DM, laboratoires pharmaceutiques, start up de la e-santé, Big Tech, GAFA, assureurs santé...

La prochaine révolution de notre système de santé ?

L’irruption des objets connectés dans le suivi des pathologies chroniques et la relation médecin-patient augure une révolution qui fascine autant qu’elle inquiète. Les objets connectés ou wearables disposant d’une fonction monitoring (inhalateurs, spiromètres, tensiomètres, glucomètres, impédancemètres, trackers divers d’automesure, piluliers électroniques...) s’imposent comme un nouveau segment du marché de la santé. Porté par le mouvement du quantified self et le taux de pénétration élevé des smartphones, son développement aura un impact majeur sur l’organisation des soins et la place des acteurs dans le système de santé. Et ce en raison des gains d’efficience que ces objets devraient permettre de générer dans la prévention primaire, le suivi des pathologies chroniques, la coordination des soins et la gestion des patients à risques. 

Les promesses de ce nouveau marché attirent de nombreux acteurs et font émerger des partenariats inédits dans le secteur de la santé

Attirés par cette révolution annoncée, de très nombreux acteurs investissent dans ce nouveau secteur d’activité : des laboratoires pharmaceutiques (Sanofi, Novartis, Roche, J&J, Merck, Menarini...), des fabricants de dispositifs médicaux, de nouveaux entrants issus de l’économie numérique, à la fois des start-up de la e-santé (Visiomed, Withings, Voluntis, Bluelinéa, iHealth, Bodycap, Medissimo, FeetMe...), des Big Tech (Samsung Electronics, Philips Healthcare, Panasonic Healthcare...) et les GAFA (Apple et Google notamment). Mais aussi des complémentaires santé (Harmonie Mutuelle, Malakoff médéric, Axa...) qui cherchent à sensibiliser le grand public et leurs assurés à l’utilisation de ces objets, dans la perspective de les intégrer à terme dans leur programme de prévention et leur politique de services. 

Un marché à haut potentiel qui demeure pour l’heure émergent

L’impact des objets connectés sur le marché de la santé et l’organisation des soins reste pour l’heure limité dans la mesure où l’équipement des patients en objets connectés est marginal. A l’exception toutefois des diabétiques, pour lesquels l’utilisation de glucomètres connectés apporte un bénéfice réel qui est aujourd’hui évalué par Voluntis et son partenaire Sanofi. Au global, on estime que moins de 10 % des patients chroniques disposent actuellement d’un objet connecté pouvant être utilisé dans le cadre de leur suivi. A cela plusieurs raisons : une faible visibilité de ces objets auprès des patients, le fait qu’ils sont encore très peu recommandés par les médecins et quasiment pas vendus en pharmacie, qu’ils sont non labellisés ou non remboursés par l’Assurance maladie et les complémentaires santé... Et surtout les données de nature médicale générées par ces objets ne sont pas intégrées dans le dossier patient et donc non partageables avec le médecin et le pharmacien. De la révolution technologique de ces objets à leur intégration effective dans un parcours de soins connecté, il reste encore quelques étapes à franchir. Et un modèle économique à construire pour l’ensemble des acteurs de ce nouvel écosystème, fondé sur les données de santé ou d'activité.  

Méthodologie de l'étude et auteurs

Cette étude a été réalisée à partir d’une quinzaine d’entretiens approfondis menés auprès de dirigeants de start up de la e-santé, de responsables santé de Big Tech, d’assureurs santé et de fonds d’investissement. Ces entretiens ont été complétés par des recherches documentaires approfondies sur le développement du marché des objets connectés à vocation médicale et sur les stratégies des entreprises investissant dans ce nouveau secteur d’activité.

Cette étude a été réalisée par Olivier Milcamps, consultant spécialisé dans le secteur de la santé. Elle a été pilotée par Hélène Charrondière, directrice du Pôle Pharmacie-Santé des Echos Etudes, en collaboration avec Docteur Antoine Poignant, CEO de l’agence Troubat et du réseau EuroHealthNet.

OFFRE COUPLÉE : bénéficiez de 15% de remise avec le code promotionnel ESANTE à saisir lors de votre commande, couplée de son étude complémentaire : 

- Le big data dans la santé

LIRE LA PRESENTATION DU PETIT DEJEUNER DU 19/04/2016 

Les dernières études

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

La dynamique des e-pharmacies en Europe

Newpharma, Zur Rose, Shop Apotheke, Pharmasimple, PharmaMarket, Amazon… : qui sont les acteurs clés et les stratégies de ces nouveaux acteurs de la d…

Août 2020

Découvrir

INCLUS LES IMPACTS DE LA CRISE
Les Echos Études

Autoconsommation : décollage d’un nouveau modèle énergétique

Quelle proposition de valeur pour préempter le marché et préparer la relance ?

Juillet 2020

Découvrir

INCLUS LES IMPACTS DE LA CRISE
Les Echos Études

La blockchain : quel potentiel dans le secteur de la santé ?

Échanges des données de santé, optimisation des essais cliniques, traçabilité des produits et modernisation de la supply chain

Juillet 2020

Découvrir

INCLUS LES IMPACTS DE LA CRISE
Les Echos Études

CPTS, MSP, ESP et centres de santé : comment les collectifs de soins …

Coordination des soins, lutte contre les déserts médicaux, nouveaux modes d’exercice de la médecine : le regroupement des professionnels de santé ann…

Juillet 2020

Découvrir