Le marché français des équipements et de l’installation électriques

Le marché français des équipements et de l’installation électriques

Perspectives de croissance, segments porteurs, performances financières et stratégies des opérateurs

À partir de 2 950 € HT

Publiée en décembre 2010

Fiche technique

Tarif

À partir de 2 950 € HT


Redigée en français
Publiée en décembre 2010
290 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Sabrina TIPHANEAUX

Expert du secteur
Energie - Environnement

2009, année noire pour les industriels du marché

Après plusieurs années de croissance soutenue, les industriels de l’équipement et de l’installation électriques ont subi de plein fouet la crise économique et financière. Leur activité a été durement impactée par la baisse des commandes, notamment en provenance de secteurs directeurs comme l’industrie automobile et le bâtiment. La plupart des opérateurs ont affiché un recul de leur chiffre d’affaires en 2009 et une dégradation de leurs performances opérationnelles, nécessitant des restructurations. Alstom a annoncé la suppression de 4 000 postes à l’horizon 2012 dans sa branche Power et Vestas a fermé des usines en Grande-Bretagne et au Danemark.

      Les perspectives restent bien orientées

      Les commandes repartent depuis peu à la hausse, témoignant d’un contexte structurellement porteur, notamment dans le domaine de l’énergie. Prélude au renouvellement du parc nucléaire français, la construction de l’EPR de Flamanville constitue un chantier majeur pour Areva le fournisseur de la chaudière et du contrôle-commande, pour Alstom le constructeur de la turbine et pour Bouygues en charge du génie civil. La construction d’un deuxième EPR à Penly est prévue pour 2012. Plusieurs projets de centrales à gaz à cycle combiné sont également en cours, comme celle construite par Siemens à Toul commandée par Poweo. Dans le domaine de l'acheminement, le renforcement des interconnexions s’impose pour répondre aux besoins d’échanges d’électricité.

          L’environnement, un marché porteur

          La prise en compte des enjeux environnementaux et climatiques ouvre de nouvelles perspectives. Leur champ d’application est large et concerne tous les opérateurs de la filière tant sur le marché des équipements que celui de l’installation ou des services :
          • De nombreuses unités de production d’origine renouvelables restent à installer pour atteindre les objectifs du Grenelle de l’environnement ;
          • Dans le domaine des infrastructures, le développement des smart grids (ou réseaux intelligents) implique des investissements importants sur le réseau et le changement des compteurs ;
          • Dans celui des services, les contrats de performance énergétique et les contrats de partenariat offrent aux installateurs électriques principalement de nouveaux débouchés.

            Les opérateurs se préparent à une nouvelle donne stratégique et concurrentielle

            Pour tirer profit des opportunités de développement qui se dessinent, équipementiers comme installateurs misent notamment sur :
            • l’élargissement de leur offre et l’intégration de nouvelles compétences. La reprise d’une partie des activités d’Areva T&D permet à Alstom d’être présent dans les activités de transmission
            • l’innovation pour différencier leur offre commerciale et se positionner sur des marchés de niche. Legrand consacre les deux-tiers de ses investissements aux nouveaux produits
            • les services qui offrent des revenus stables et récurrents sur moyen/long terme. L’efficacité énergétique notamment constitue un terrain de jeu pour toutes les catégories d’opérateurs

              Le secteur poursuit sa consolidation

              Le durcissement des conditions d’accès au financement n’a pas remis en cause les stratégies de développement par croissance externe, même si le rythme s’est quelque peu ralenti au cours des deux dernières années. En 2010, l’acquisition d’Areva T&D par Schneider Electric et Alstom et celle de Cegelec par Vinci Energies marquent la reprise des grandes manœuvres. La consolidation du secteur est loin d’être achevée, tant du côté des constructeurs que de celui des installateurs. Plusieurs groupes, à l’image de Legrand ou SPIE, offrent un profil de proie en cas de désengagement des fonds d’investissement de leur capital. Areva pour sa part devrait faire entrer les fonds souverains du Qatar et du Koweït à son tour de table avant d’ouvrir la porte à des industriels. MHI a officiellement marqué son intérêt.

                  Les dernières études

                  NOUVEAUTÉ
                  Les Echos Études

                  Les nouveaux enjeux de la promotion immobilière

                  Evolution des usages, nouvelles technologies et défis énergétiques transforment les attentes du marché

                  Décembre 2018

                  Découvrir

                  Nouveauté
                  Les Echos Études

                  La gestion de patrimoine et de fortune

                  Perspectives d’évolution du contexte concurrentiel et modèles gagnants de demain

                  Décembre 2018

                  Découvrir

                  NOUVEAUTÉ
                  Les Echos Études

                  La révolution annoncée de l'intelligence artificielle en santé

                  Décembre 2018

                  Découvrir

                  Nouveauté
                  Les Echos Études

                  Le marché des véhicules autonomes

                  Comment le déploiement à grande échelle des voitures sans chauffeur va bouleverser l'industrie automobile et des services ?

                  Décembre 2018

                  Découvrir