Autoconsommation : décollage d’un nouveau modèle énergétique

Autoconsommation : décollage d’un nouveau modèle énergétique

Quelle proposition de valeur pour préempter le marché et préparer la relance ?

À partir de 2 950 € HT

Publiée en septembre 2020

Fiche technique

Tarif

À partir de 2 950 € HT


Redigée en français
Publiée en septembre 2020
120 pages


Formats

  • p Papier

  •       
  • F PDF

Notre Consultant

Sabrina TIPHANEAUX

Le marché de l’autoconsommation à la veille d’un décollage

Une étude pour :

  • Evaluer la taille du marché de l’autoconsommation individuelle et collective et son potentiel à moyen terme
  • Identifier les conditions de passage à un marché de masse et le rôle de la crise comme accélérateur du déploiement à grande échelle de la filière
  • Analyser les nouvelles propositions de valeur et modèles d’affaires innovants sur l’ensemble de la chaîne (installation de solutions photovoltaïque, vente de batteries, optimisation des usages, échange d’énergie…)
  • Comparer l’ambition des différents acteurs de la filière électrique et leur capacité à préempter le marché (équipementiers de l’industrie photovoltaïque, fabricants de batteries, fournisseurs d’énergie et de services d’efficacité énergétique, installateurs…)
  • Anticiper les nouveaux entrants susceptibles de s’aventurer sur le terrain de l’énergie pour capter ce potentiel

LES + DE L’ETUDE :

  • Un tour d’horizon complet des enjeux économiques, réglementaires, financiers… de l’autoconsommation d’électricité
  • Un décryptage du positionnement et des stratégies des acteurs (énergéticiens, équipementiers, développeurs/exploitants ENR, pure players…)
  • Des business cases d’entreprises et d’initiatives innovantes
  • Nos prévisions de marché à moyen terme

Démarrage en douceur

Selon Enedis, il y avait un peu plus de 72 000 installations de production photovoltaïque avec autoconsommation en juin 2020. C’est beaucoup et peu à la fois. Beaucoup, car il n’y en avait que 50 000 un an plus tôt. La dynamique est forte. Mais, c’est finalement très peu quand les autoconsommateurs se comptent par centaines de milliers en Allemagne. En France, l’autoconsommation est une niche…pour le moment.

Des freins bientôt levés

Le marché de l’autoconsommation souffre de plusieurs handicaps. Le premier est le prix relativement bas de l’électricité. L’équation économique de l’autoconsommation est fragile. Les coûts d’investissement, bien qu’en baisse, sont relativement élevés et les économies à en attendre (coûts évités d’achat d’électricité auprès d’un fournisseur) sont faibles. Des aides existent, mais elles ne changent pas complètement la donne. La réglementation est l’autre point noir du marché, notamment pour l’autoconsommation collective. En dehors de quelques initiatives, ce segment de marché est presque inexistant.

Le marché est pourtant loin d’être condamné. Il va prendre son envol car il est porté par des fondamentaux solides : l’autoconsommation correspond aux attentes d’une partie des consommateurs (autonomie, électricité verte…), le coût des panneaux photovoltaïques et des solutions de stockage fond et c’est un des moyens de réussir la transition énergétique.

Course aux parts de marché

La question n’est donc pas de savoir si le marché va décoller, mais quand. Dans l’attente de ce moment, les prétendants se positionnent. Et ils sont nombreux. Les énergéticiens (EDF, Engie et Total en tête) ont déjà des offres ciblant plusieurs catégories de consommateurs (particuliers, entreprises…). L’autoconsommation est une des briques formant les nouveaux business (avec le stockage, l’Iot, la mobilité électrique…) vers lesquels les fournisseurs d’énergie s’orientent de plus en plus. Les développeurs et exploitants d’énergie renouvelable (Apex Energies, GreenYellow, Urbasolar…) y voient, eux, un nouveau segment de marché à adresser. Pour les équipementiers (Comwatt, Solarwatt, Systovi…), l’autoconsommation est une nouvelle opportunité de déploiement. C’est aussi une manière de diversifier leurs base de clients. Pour les spécialistes de la fourniture d’électricité et/ou de gaz verts (ekWateur, Enercoop, Ilek…), c’est une diversification qui ancre, un peu plus encore, leur positionnement « vert ». Enfin, des pure players animent également le marché (Monabee, MyLight Systems…).

Quelles sont les perspectives du marché à moyen terme ? Comment le secteur va t-il se structurer ? Quels sont les acteurs les mieux placés ?... De nombreuses questions se posent dans cette phase d’émergence du marché français de l’autoconsommation. Notre étude y répond !

Les dernières études

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

L’investissement responsable

Green bonds, ISR, critères ESG : vers un décollage du marché ?

Octobre 2020

Découvrir

NOUVEAUTÉ
Les Echos Études

La dynamique des e-pharmacies en Europe

Newpharma, Zur Rose, Shop Apotheke, Pharmasimple, PharmaMarket, Amazon… : qui sont les acteurs clés et les stratégies de ces nouveaux acteurs de la d…

Octobre 2020

Découvrir

INCLUS LES IMPACTS DE LA CRISE
Les Echos Études

Pharma 4.0 : transformation numérique de la production et de la suppl…

Comment moderniser la production et la supply chain d’une filière hautement réglementée et quelles leçons tirer de la crise du COVID-19 ?

Septembre 2020

Découvrir

INCLUT UNE ENQUÊTE POST-COVID
Les Echos Études

Immobilier logistique en 2021 et au-delà : quels clients, quels modèl…

Comment se positionner pour capter les mutations à venir à horizon 5 ans ?

Septembre 2020

Découvrir